Mon blog sur l'écologie politique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 27 février 2016

Confessions d'un sac à rêves

Nous rêvons peut-être tou-te-s mais nous ne rêvons pas de la même façon. À l'instar des personnes qui ne nettoient pas leurs chiottes elles-mêmes et font appel pour cela aux services de femmes peu fortunées, il est loisible de rêver par procuration si l'on a autour de soi un sac à rêves. Comment donc fonctionne le sac à rêves ?

Lire la suite...

mardi 23 février 2016

Les personnes les premières concernées

On parle beaucoup des « personnes les premières concernées » mais rarement des « deuxièmes concernées ». J'ai déjà écrit à ce sujet : les prostituées sont certes les personnes les premières concernées par leur activité mais la prostitution et sa reconnaissance gravent dans le marbre la disponibilité des femmes aux hommes, du male entitlement à la culture du viol. Les autres femmes sont elles aussi concernées par ce que fait la prostitution à la société qui la réprime ou qui l'accepte (sachant que la France fait les deux, réprimant des prostituées dont elle soumet le revenu à l'impôt).

Lire la suite...

jeudi 4 février 2016

Être victime

Je suis une féministe « victimaire » comme on se plaît à les dénigrer. C’est-à-dire que, loin de nier les rapports de domination et de renvoyer les victimes à leur capacité de se prendre en main et d'assumer (voir illustration), je comprends que des situations de domination, d’exploitation ou de discrimination enferment, rendent parfois impossible pour les victimes l’exercice de toutes leurs facultés et renvoient les bourreaux à leurs responsabilités. Les victimes subissent, parfois acceptent mais ne consentent pas et cela ne dédouane pas ceux et celles qui profitent de leur vulnérabilité. J’aimerais rappeler ici le sort fait aux victimes.

Lire la suite...

mardi 2 février 2016

La France a peur, mais de quoi ?

Depuis les attentats, la France a peur. Magnanimes, ses gouvernants durcissent un appareil juridique qui, semble-t-il, suffisait amplement. Mais la France a aussi peur de mourir d’un cancer (ce qui est plus probable) et ses gouvernants ne font rien. S’attaquer aux lobbies pour élaborer une politique de santé environnementale décente a de quoi déplaire à des intérêts qui ont l’habitude d’être très bien servis. Il serait d’autre part naïf de penser que l’État réagit parce que nous sommes attaqué-e-s. C’est parce qu’il est attaqué, lui. C’est parce que le terrorisme remet en cause sa prétention à nous protéger, sa raison d’être, qu’il réagit avec une telle vivacité. À voir la tête du premier ministre, il a moins peur qu’il n’est (tout bêtement) vexé. Le contrat social, protection contre soumission, exige de sérieuses rodomontades quand c’est au titre de cette soumission que nous sommes attaqué-e-s. Que nous le soyons à titre individuel et le crime de lèse-majesté disparaît. J’ai ainsi croisé la route, le 14 novembre, d’un homme qui fauche délibérément des cyclistes et aux dernières nouvelles il conduit toujours sa Clio dûment identifiée. Ni vous ni moi n’aimerions pourtant croiser son chemin mais la répression qui se présente à tort ou à raison comme anti-terroriste est prioritaire dans le travail de la police.

Lire la suite...

jeudi 24 décembre 2015

Le chômage, c'est la mort

Il y a quelques temps, une copine me disait combien le travail, c’est la mort. Des suicides sur le lieu de travail (qui arrivent par vagues dans les médias) aux burn-out, de la vulnérabilité que la hiérarchie crée face au harcèlement à la dépossession dont témoignent tant et tant de gens du métier, il semble qu’il n’y ait rien à défendre dans l’organisation du travail aujourd’hui. Est-ce une raison suffisante pour taper dans le dos d’une chômeuse comme moi en la félicitant de ne pas être employée ? Peut-être pas, aussi ai-je répliqué à ma pote que le chômage, c’est la mort.

Lire la suite...

mardi 8 décembre 2015

Au fond du trou

D’habitude, je ne vote pas. Si mes ancêtres se sont battus pour quelque chose, c’était pour mener une vie digne, pas pour distribuer des cartes blanches à leurs gouvernants sur la base de questions mal posées. Mais dimanche je suis allée poser mon bulletin dans l’urne. D’abord parce que « malgré tout l’intérêt que présente [mon] CV », cela faisait dix ans que je moisissais au chômage quand j’ai été embauchée il y a six mois par le groupe des élus verts au Conseil régional Nord-Pas de Calais. Autant ces dix années avaient entamé mon optimisme sur la possibilité de créer des alternatives au capitalisme qui n’en reproduisent pas la violence, autant je leur suis reconnaissante de ne pas m’avoir jugée sur les mêmes critères que les gentilles assos chez lesquelles je postulais sans succès. Ensuite parce que, pendant le peu de temps où je les ai côtoyés, la plupart des élus de ce groupe ont su gagner une estime que j’accorde chichement. Certes nos visions ne s’accordent pas tout à fait mais ils et elles correspondent assez largement à ce que les spectateurs de ma conférence sur les élections me disent attendre de leurs élus : être réglos et faire leur boulot. What else?

Lire la suite...

lundi 16 novembre 2015

Les autres ont aussi leurs raisons

Parmi la litanie de faits désespérants, il en est qui intriguent et inquiètent, quand bien même ils sembleraient anecdotiques. Ainsi les agressions d’automobilistes sur cyclistes. Cela fait vingt ans ce mois-ci que je fais du vélo en ville (Décembre 1995 a commencé en novembre) et je suis plus que familière avec l'insouciance qui consiste à arbitrer entre quelques secondes de gagnées et la mise en danger d’une personne à vélo. Mais au-delà de la négligence et de l’incivilité souvent constatées, il s'agit d'insulter, de menacer, de descendre pour frapper un cycliste ou d’utiliser comme arme par destination (1) une tonne de métal motorisée. L’occasion est arrivée de mettre noir sur blanc les vagues cogitations suscitées par la prise de conscience que ce phénomène a pu prendre une certaine ampleur.

Lire la suite...

mercredi 14 octobre 2015

Les femmes dans la maison vide

« Mon argent, mon argent, à quoi l’emploierai-je ? Acheter des meubles pour la maison ? Mais je n’y suis jamais dans la maison. À quoi bon l’aménager ? Je ne la connais plus. Acheter de bonnes nourritures, mais je n’ai plus le temps de les préparer comme il faut. Le dimanche ? Ah non, je suis trop fatiguée pour me mettre à la cuisine que d’ailleurs je ne sais plus faire. » Émouvant témoignage d’une femme des années 60 sur la malédiction du travail salarié... Oh no, wait, c’est Jacques Ellul, père de famille, auteur de dizaines d’ouvrages et longtemps salarié à l’IEP de Bordeaux, qui parle. Dans Exégèse des nouveaux lieux communs, le pape de la technocritique consacre quelques pages à l’idée reçue selon laquelle « La femme trouve sa liberté dans le travail » et vole la voix d’une mère de famille pour lui expliquer avec des accents sensibles qu’on ne lui verra plus dans le reste de son œuvre (magie de l’écriture au féminin) qu’elle est mieux soumise à un mari qu’à se faire harceler sexuellement par un contremaitre, que la maison sans elle est froide et vide (on y reviendra), que les femmes soviétiques sont manœuvres et cantonniers, beurk. Etc.

Lire la suite...

vendredi 21 août 2015

Le paradoxe du philosophe

« Chacun devient son propre maître et n'a plus de compte à rendre qu'à lui-même. Le morcellement du lien social isole chaque individu et le renvoie à sa liberté, à la jouissance de son autonomie ou, à l'inverse, à son sentiment d’insuffisance, à son échec personnel. L'individu qui ne dispose pas de solides ressources intérieures pour s'ajuster et investir les événements de significations et de valeurs, qui manque d'une confiance suffisante en lui, se sent d’autant plus vulnérable et doit se soutenir par lui-même à défaut de l'être par sa communauté. Souvent il baigne dans un climat de tension, d'inquiétude, de doute, qui rend la vie difficile. Le goût de vivre n'est pas toujours au rendez-vous. »

David Le Breton, entretien dans Hors-sol n°3, été 2015.

L'une des grandes libertés que nous offre le monde contemporain est de pouvoir choisir les relations plutôt que les subir. Relations amoureuses, amicales (et de voisinage si on a bien cultivé l'entre-soi) ne nous sont plus imposées mais livrées à notre désir et à ses mouvements.

Lire la suite...

mardi 26 mai 2015

Croire ou ne pas croire au Progrès ?

Il y a quelques jours j'entendais un philosophe médiatique répondre à la question : « Croyez-vous au Progrès ? » Surprise : notre philosophe répondit oui sans interroger ni l'action ni son objet, tant le Progrès est un concept à la définition universelle et évidente, auquel il est de bon ton de croire. Alors que… si le Progrès existe, que n'est-il besoin de le constater, comme l'alternance entre le jour et la nuit ou le passage du temps ?

Lire la suite...

- page 2 de 11 -