France Bullshit

Il y a quelques jours j’ai repéré une pub assez laide pour un entreprise avec un nom à la con. Un peu comme Assur2000 ou Charenton Clés. Passant et repassant devant pour aller prendre le métro (quand il est accessible), il m’a fallu un temps pour comprendre que France Services était une énième déclinaison de France Bullshit, cette refonte des services de l’État sous une marque à la syntaxe anglaise.

Sur le fond, France Services m’évoque les « POMS », ces « points multi-services » inventés par un canton rural faisant avec une très faible densité et de faibles ressources économiques pour offrir dans chaque village de 200 âmes des services essentiels. France Services, c'est les POMS mais en mieux : il n’y a pas moins de 16 points dans un département comme le mien – qui compte 1,4 million d’habitant·es. Pas besoin d’avoir mauvais esprit pour imaginer la galère des files d’attente de la CAF, de feu Pôle emploi, du fisc et de six autres administrations réunies au même endroit. Celles et ceux qui peuvent feront leurs démarches en ligne, les autres écriront à la Défenseuse des droits qui transmettra : la dématérialisation réduit l’accès au droit des personnes les plus vulnérables.

Parlons maintenant syntaxe. Les articles et les prépositions ont disparu de France Services. C’est trop ringard d’écrire « Agence nationale pour la santé publique », Santé publique France, c’est mieux, c’est plus moderne. « Ministère du tourisme » aussi, c’est passé de mode, maintenant c’est l’agence Atout France (qui réunit les gros intérêts économiques du secteur) qui gère et tant pis pour les gosses de pauvres qui ne verront jamais la mer.

Plus moderne encore que la syntaxe réduite et la simple juxtaposition de deux termes, il faut compter désormais avec la syntaxe anglaise qui renverse l’ordre des mots et antépose le déterminant.

Aujourd’hui dans la start-up nation (ou nation start-up, nation d’entreprises risquées dont une faible part arrivera à trouver des investisseurs et un fonds de commerce assez intéressant pour survivre et prospérer) fleurissent donc les France Bullshit, avec cet intrigant paradoxe d’une construction anglaise destinée autant à signifier la modernité qu’à mettre en avant sa franchouillardise. FranceAgriMer, par exemple, c’est un établissement public qu’on peut décrire comme le bras armé économique du ministère de l’agriculture. France Agri Services, c’est la refonte annoncée de la protection sociale agricole (comme c’est aussi le nom de petites entreprises rurales pas start-up du tout, les espaces seront peut-être enlevées, ce qui donnerait une apparence encore plus moderne). France Relance, c’était le plan d’arrosage sans condition des entreprises françaises mais il y aura d’autres prétextes. France Travail, c’est le service du travail obligatoire mais avec un nom plus d’aujourd’hui.

Mon préféré, c’est FranceTerme, sans l’espace (1). C’est une base de données terminologiques du ministère de la culture français qui lutte contre les néologismes qui n’ont pas été validés par le Journal officiel et tente de remplacer les termes importés d’autres langues. Par exemple, FranceTerme nous explique que « redevabilité », c’est mal, ce serait une mauvaise traduction d’accountability… Le terme est formé sur un adjectif bien français (« redevable » est attesté depuis le 13e siècle) et grâce à un suffixe qui permet de former de nombreux noms de propriété ou d’état sur une base adjectivale (liberté : état de ce qui est libre). Mais il ne faut pas l’utiliser, malheureux, il faut dire « obligation de rendre des comptes ». J’avoue ne pas comprendre en quoi ce serait une mauvaise traduction de l’anglais, il me semble plutôt que c’est accountability qui descend en droite ligne du latin, tant pour le lexique (computare) que pour la syntaxe (la construction grâce à trois affixes bien latins). Redevabilité n’est certes pas le plus beau mot de la langue française, il n’est pas attesté en latin et il n’est pas entré dans le Robert, il a le tort d’être nouveau mais va comprendre pourquoi il faudrait utiliser cinq mots pour en remplacer un dont l’utilité semble démontrée, la preuve étant… que des personnes l’utilisent (2). Va comprendre, quand par ailleurs FranceTerme ne prend pas cette peine de se donner un nom avec une syntaxe correcte.

Je m’attache à ces considérations linguistiques car tout a été dit ou presque sur le fond : la destruction programmée de l’État et son recentrement sur des fonctions de coercition, la logique de marché qui s’insinue partout et la peinture bleu-blanc-rouge pour cacher la misère.

Imaginons donc les prochaines réformes : France Rail (c'est le même mot en anglais, ça marche à fond), ce sera l’établissement public qui réunira tout ce qui n’est pas rentable dans les chemins de fer. Après France Travail, peut-être France Famille avant de boucler la boucle pétainiste et d’inventer France France, l’ultime service de défense de l’identité nationale devant l’ennemi imaginaire.

(1) J’ai découvert l’existence de ce site dans l’excellent ouvrage des Linguistes atterré·es qui défonce les préjugés réactionnaires et pseudo-savants sur la langue.
(2) C’est un terme qui manque cruellement aux locuteurs et locutrices francophones s’exprimant sur les principes démocratiques. Mais il n’est peut-être pas insignifiant que nous n’ayons pas de mot en français de France pour un concept aussi essentiel.

PS : Pour suivre l'actualité de ce blog et vous abonner à sa lettre mensuelle, envoyez un mail vide à mensuelle-blog-ecologie-politique-subscribe@lists.riseup.net et suivez la démarche.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://blog.ecologie-politique.eu/trackback/461

Fil des commentaires de ce billet