Sous-catégories

samedi, 16 novembre, 2013

La fin du monde, les riches et les gueux

A propos de trois films

Soleil vert, Richard Fleischer (1973)
Idiocracy, Mike Judge (2006)
Elyseum, Neill Blomkamp (2013)

C'est dans 50 ou 150 ans et le monde est devenu étouffant dans tous les sens du terme : surpeuplé et surchauffé, un enfer.

Lire la suite...

mardi, 5 novembre, 2013

Une autre histoire du vélo

Iain Boal se lave les dents au moins deux fois par jour, mais n'accepte pas pour autant l'étiquette de brosse-à-dentiste. Il refuse également celle de cycliste, quand bien même, en sus de cette hygiène de vie qu'apporte le pédalage, il aurait à son crédit la fondation avec d'autres de la première masse critique contemporaine, à San Francisco. On comprend bien vite qu'on a affaire à un intellectuel hétérodoxe et qui cultive le décalage. Son histoire du vélo, en préparation depuis 2005, risque fort de ne pas ressembler aux autres.

Lire la suite...

mercredi, 9 octobre, 2013

Les Îles du Paradis

Richard Grove, Les Îles du Paradis. L'Invention de l'écologie aux colonies, 1660-1854, La Découverte, 164 pages, 13,50 €

Il est des textes dont on ne sait trop quoi faire quand on est éditeur : trop longs pour la revue, trop courts pour le livre. C'est une gageure, pour laquelle on invente des formes, consistant le plus souvent à faire des livres à partir de très longs articles. Car hors du livre, point de salut : avez-vous déjà lu un article de cinquante pages dans la presse française ? C'est monnaie courante pourtant dans le monde anglo-saxon, mais chez nous cette forme d'écriture n'existe plus depuis Albert Londres, il n'y a rien entre les dix pages de « grand reportage » et le bouquin de 200 pages. Les Prairies ordinaires bricolent donc Le Stade Dubaï du capitalisme de Mike Davis (96 pages, 8 €) avec l'aide d'un long article de François Cusset sur le même sujet. Pendant que les éditions Allia livrent brut La Montée des eaux de Charles Mann dans un micro-bouquin (64 pages, 3,10 €). On gonfle le texte ou on assume sa brièveté.

Lire la suite...

lundi, 9 septembre, 2013

Rupture anarchiste et trahison proféministe

A propos de Léo Thiers-Vidal, Rupture anarchiste et trahison proféministe, textes rassemblés par Corinne Monnet, Sabine Masson, Samuel Morin et Yeun Lagadeuc-Ygouf, Bambule, 2013, 208 pages, 8 €


Difficile d'aller à l'encontre de ses intérêts de classe... c'est tout le propos de Léo Thiers-Vidal dans ce recueil d'articles, que de rappeler que les hommes, tous les hommes, ont intérêt à (c'est-à-dire perçoivent des gratifications dans le cadre de) la domination masculine. Certes difficile ne veut pas dire impossible, mais les exemples auxquels l'auteur a été confronté pendant sa vie militante, et sur lesquels il a appuyé comme on le lit ici sa pensée, montrent encore et toujours que s'en déprendre n'est pas une mince affaire.

Lire la suite...

jeudi, 5 septembre, 2013

La Mentalité américaine

A propos de Howard Zinn, La Mentalité américaine. Au-delà de Barack Obama, Lux, Montréal, 2009

Je m'étais promis de ne pas faire mon américaniste à deux sous, parce qu'un billet d'avion et un permis touristique ne sont une condition ni nécessaire ni suffisante pour connaître une culture et gloser à son sujet. Mais le bouquin d'Howard Zinn me permet de céder à la tentation de parler de la culture politique des USA, une culture dont j'ai pu constater qu'elle était trop mal connue et considérée, y compris par des visiteurs/ses plus assidu-e-s que je ne l'ai été.

Lire la suite...

dimanche, 14 juillet, 2013

Les Mystères de la gauche

A propos de l'ouvrage de Jean-Claude Michéa, Les Mystères de la gauche. De l'idéal des Lumières au triomphe du capitalisme absolu, Climats/Flammarion, 2013

Est moral « tout ce qui est source de solidarité, tout ce qui force l'homme à compter avec autrui, à régler son mouvement sur autre chose que les impulsions de son égoïsme ».
JCM

Une question me taraude : comment l'enfer peut-il être pavé d'aussi bonnes intentions ? Comment la volonté de construire des espaces militants moins militaires, plus humanistes, peut-elle tourner à la consommation individuelle d'action collective ? Comment celle de se déprendre du capitalisme et de la société de consommation peut-elle se muer en repli sur soi et ses satisfactions égoïstes ? Comment certains outils intellectuels permettent-ils d'interroger l'inégalité femmes-hommes au point de désactiver toute critique féministe ? A toutes ces questions que je me suis posées (et à vous avec) ces derniers temps, le dernier bouquin de Michéa apporte une réponse. Qui semble toujours la même depuis Impasse Adam Smith : c'est parce que la gauche, telle que nous la connaissons, s'est structurée sur des bases politiques libérales.

Lire la suite...

lundi, 27 mai, 2013

Libérer les animaux, ou vivre avec ?

Autour de Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Jocelyne Porcher, Bibliothèque du MAUSS, La Découverte, 2011.

Vos ami-e-s végétarien-ne-s mangent sans scrupules du camembert, une association anti-spéciste propose de récompenser les inventeurs d'une viande de poulet à base de cellules animales reproduites dans un bain, et votre faiblesse pour un bon steak suscite le dégoût de votre entourage écolo ? L'indignation légitime pour l'« élevage industriel » (1) alimente la confusion sur l'activité qui consiste à élever des animaux. A moins que ce ne soit l'ignorance de ce qu'est l'agriculture qui nourrisse un tel mouvement d'opinion. Car l'élevage fait partie de notre culture comme de notre agriculture.

Lire la suite...

vendredi, 17 mai, 2013

Plogoff

Plogoff, Delphine Le Lay (texte) et Alexis Horellou (dessin)

Delcourt, 2013, 192 pages, 14,95 €

A paraître dans le n°4 de L'An 02, juin 2013.


Tout commence en 1975 avec la décision du gouvernement français de faire assumer à la Bretagne son « indépendance » énergétique : il faudra, de gré ou de force, implanter une centrale nucléaire sur le territoire breton. Plogoff n'est alors que l'un des sites envisagés et les habitant·e·s sont sceptiques : « D'ici que ça se passe à Plogoff ! On a le temps... » Ils et elles ont une confiance dans l'État de droit qui ne leur permet pas d'imaginer la suite, un projet qui se mènerait contre leur avis ou celui des structures représentatives locales. 1976 : de consultation locale en conseil municipal extraordinaire, l'opposition populaire se construit et se renforce. « On a déjà voté contre la centrale. On a déjà dit qu'on n'en voulait pas ». On comprend le choc ressenti par les Plogoffites quand le projet se précise malgré tout. Cet échec à se faire entendre finit par donner lieu à un premier acte de désobéissance, la fermeture des routes au personnel d'EDF venu en reconnaissance. 1978 : la marée noire de l'Amoco Cadiz exacerbe le sentiment chez les Breton·ne·s que leur pays est livré aux polleurs : « La Bretagne est la poubelle de la France ».

Lire la suite...

dimanche, 27 janvier, 2013

Nature writing au féminin

J'écrivais il y a plus d'un an, pour le n°2 de L'An 02, une chronique sur l'absence d'auteures femmes dans le catalogue des éditions Gallmeister, dont je suis avec beaucoup d'intérêt les collections « Nature Writing » et « Noire ». En mars 2013 une troisième auteure est à paraître, après Kathleen Dean Moore et Terry Temple Williams : Dorothy M. Johnson, pour un recueil de nouvelles, Contrée indienne. Voici d'autres auteures, jamais traduites en français, ou bien il y a longtemps, ou bien récemment rééditées (Mary Austin !) ou bien encore très bien éditées en français (Annie Dillard), qui font de la nature writing une écriture aussi féminine.

Lire la suite...

dimanche, 18 novembre, 2012

Paradis sous terre

paradis.jpgParadis sous terre. Comment le Canada est devenu la plaque tournante de l’industrie minière mondiale
Alain Deneault et William Sacher
préface de Richard Desjardins
Écosociété (Montréal) et Rue de l’Echiquier (Paris), 2012
192 pages, 15 €

Ceux et celles pour qui la diplomatie canadienne se résume à d’aimables voyageurs/ses aux énormes sac à dos marqués de la feuille d’érable auront de quoi être surpris·es par la description que font ici deux des auteurs de Noir Canada des exactions auxquelles se livrent les entreprises minières du pays. Car le Canada ne se contente pas de faire profiter cette industrie de conditions particulièrement favorables : lois minières sur mesure qui leur accordent la préséance sur toute activité de surface, exemptions fiscales de tout ordre, faiblesse de la collecte des redevances minières, etc. Il s’attache en outre à les exporter dans le monde entier, particulièrement dans les pays les plus vulnérables.

Lire la suite...

lundi, 5 novembre, 2012

Le Soleil en face

Le Soleil en face. Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des prétendues énergies alternatives
Frédéric Gaillard
L'Échappée, 2012
160 pages, 11 €

La critique des énergies dites « renouvelables » continue. Arnaud Michon avait publié en 2010 aux éditions de l'Encyclopédie des Nuisances un réquisitoire contre l'énergie éolienne, Le Sens du vent, qui faisait la part belle à une critique idéologique : un système injuste et autoritaire tente maladroitement d'assurer sa durabilité... le laisserons-nous faire ? Il faisait découvrir en outre aux optimistes de tout poil les défauts de l'énergie éolienne : non seulement les exactions de compagnies pour lesquelles un paysage et les personnes qui l'habitent ne peuvent rien valoir, mais aussi les ressources non-durables, en particulier métalliques, utilisées pour la construction d'une éolienne. Hélas pour les gentil-le-s écolos un brin techno, la réponse universelle à tous nos problèmes n'est pas blanche et dotée de trois grandes pales. C'est plutôt une révolution qu'il nous faut (et nous voilà bien avancé-e-s).

Lire la suite...

mercredi, 19 septembre, 2012

#Indignés ! D'Athènes à Wall Street, échos d'une insurrection des consciences

#Indignés ! D'Athènes à Wall Street, échos d'une insurrection des consciences
textes recuellis par la revue Contretemps, Zones/La Découverte
2012, 196 pages, 14,50 €

« Si le seul moyen de s'apercevoir du monde de merde dans lequel on vit est de se faire virer, alors tout le monde à la porte ! », disait l'autre (1). On y est presque : « Toute une génération de diplômés de l'enseignement supérieur est touchée par le plus haut pourcentage de déclassement de toute l'histoire des États-Unis » (2). Ce qui ne doit pas être étranger au surgissement d'Occupy, le plus abondamment commenté dans ce recueil de textes autour de quelques mouvements sociaux apparus en 2011. De la place Tahrir à la place Syntagma, de la Puerta del Sol à Wall Street, on a pu assister à la remise en cause de la gouvernance mondiale et du néo-libéralisme, sous une forme qui a eu l'heur d'intéresser le public, plus que les grèves et les occupations d'usine traditionnelles, lesquelles produisent des discours et des images apparemment moins enthousiasmants (3).

Lire la suite...

jeudi, 30 août, 2012

Yucca Mountain

Yucca Mountain, John D'Agata, traduit de l'anglais par Sophie Renaut, Zones sensibles, 2012, 159 pages, 16 euros

Retour au point de départ, ce Sud-Ouest américain où le président Truman a cru bon de faire procéder aux premiers essais nucléaires... et aux suivants, jusque dans les années 1990. Aujourd'hui, la montagne Yucca, dans le Nevada, doit servir de dépotoir à des décennies de production de déchets états-uniens. Pendant des années, une cargaison passera toutes les trois heures par le nœud autoroutier de Las Vegas, et les risques sont bien connus, mais qu'à cela ne tienne. La montagne est poreuse et constituée à 9 % d'eau, une matière très corrosive, mais qu'à cela ne tienne. On n'imagine pas pouvoir signaler pendant ne serait-ce que les 10.000 ans qui servent d'objectif politique la dangerosité de la montagne à des populations dont la langue n'aura plus qu'un rapport lointain avec l'anglais, mais qu'à cela ne tienne. Elles resteront, on l'espère, émues comme nous par le Cri de Munch que l'auteur propose de dessiner sur la montagne, comme il se dessine sur la couverture de ce livre surprenant. Ni essai, ni autobiographie, mais déambulation personnelle et poétique dans une société mortifère. Les digressions nombreuses et très documentées (sur le plus grand building – inutile – de Las Vegas, sur le taux de suicide dans cette ville, sur la sémiologie, etc.) sont des ramifications indispensables pour décrire au plus juste la folie nucléaire.

mardi, 8 mai, 2012

« Élections, piège à cons ? » Que reste-t-il de la démocratie ?

Jean Salem, « Élections, piège à cons ? » Que reste-t-il de la démocratie ?, Flammarion, collection « Antidote », 2012, 116 pages, 8 €

On pense à une après-midi chez papi-qui-était-encore-communiste-après-1956. Quelques heures à se replonger dans les abjections commises par l'Empire, à se rappeler « la droiture, les lumineuses espérances et l'héroïsme » des militant-e-s du PCF, à pester contre le ridicule des temps actuels, faute de pouvoir exercer dessus une véritable ironie... On s'ennuie un peu parfois, mais on a droit à un biscuit. Alors qu'il faut débourser la somme de huit euros pour lire le traité de théorie politique marxisante de Jean Salem. L'essentiel tient, p. 57, dans un rappel de la représentation chez Rousseau (« à l'instant qu'un peuple se donne des représentants, il n'est plus libre ») et dans une phrase de Castoriadis sur la captivité des électeurs/rices sommé-e-s de choisir entre des pseudo-options. On trouvera aussi un développement intéressant sur les sondages, et quelques exemples qui ont le mérite de ne pas être tous occidentaux. Mais on reste sur sa faim : rien pour dégommer les théories libérales de la démocratie, rien sur la représentation et ses tentatives plus ou moins adroites de dépassement. Rien. Est-ce donc là tout ce que la théorie marxiste a à nous dire de la démocratie ?

vendredi, 16 mars, 2012

Beauté fatale

Mona Chollet, Beauté fatale. Les Nouveaux Visages d'une aliénation féminine, La Découverte, « Zones », 2012, 237 pages, 18 €

Des réserves devant le dernier bouquin de Mona Chollet ? Aucune, cette chronique se contentera de partager l'enthousiasme qui accompagne la lecture de ce remarquable Beauté fatale. L'auteure a décidé de ne pas prendre à la légère l'injonction de beauté et de séduction qui pèse sur le corps des femmes, dans tous les domaines, y compris professionnel (ah, les lèvres qui brillent – mais pas trop – pour l'entretien d'embauche). Car il n'y a pas derrière cette injonction que le temps, l'argent et l'énergie dépensés en maquillage le matin, en shopping le samedi après-midi. Il y a aussi la honte de ne jamais satisfaire totalement à l'idéal féminin : jamais assez mince, jamais assez jolie, et déjà la peau moins ferme. Ou celle d'être trop jolie, trop apprêtée, donc sensible au soupçon d'être un peu pute ou pas crédible intellectuellement, professionnellement. D'où une intranquillité fondamentale des femmes, une vulnérabilité psychique aux sources selon l'auteure de leur position sociale qui reste subalterne (salaires moindres, faible présence dans les lieux de pouvoir) et de la violence qui leur est souvent faite.

Lire la suite...

vendredi, 9 mars, 2012

Un geste pour la planète. Peut-on ne pas être écolo ?

Samuel Pelras, Un geste pour la planète. Peut-on ne pas être écolo ?, « Antidote » Flammarion, 2012, 120 pages, 8 €

Rire sur le dos des écolos, rien de plus facile. On le faisait déjà dans les années 70, qui sont ces huluberlus avec leurs fromages de chèvre, non mais, ça fusait de l'extrême gauche au public conventionnel. Aujourd'hui l'exercice est devenu d'autant plus délectable que l'écologie s'est imposée dans le courant dominant... à moins que ce ne soit le contraire ? Samuel Pelras ne s'inquiète guère d'analyser en profondeur cette colonisation croisée, il dézingue tous azimuts. Et on se marre. Alors certes, on aurait aimé qu'il fasse un peu de tri au lieu de mélanger dans sa poubelle les éco-citoyen-ne-s satisfait-e-s de l'aliénation consumériste (mais bio !) et les écolos pour qui l'autonomie est au cœur d'une vie désirable ; qu'il fasse sérieusement la part du politique et celle du religieux... prosélytisme et martyrologie ne sont en effet pas étrangers au mode de vie écolo. On aurait aimé qu'il passe autant de temps sur le cas Juppé (le pauvre ne mangera plus de cerises en hiver, mais il est hélas absent, comme les autres maîtres d'œuvre du développement durable sauce 2007) que sur celui du réseau « Sortir du nucléaire ». On aurait aimé une critique un peu plus fouillée du régime de l'expertise (1). Mais on regrettait Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, de Riesel et Semprun (Encyclopédie des nuisances, 2010), alors une deuxième couche n'est pas de trop. Et l'autre camp n'est pas oublié : on rit un temps avec Iegor Gran (L'Écologie en bas de chez moi, POL, 2011), et puis son cynisme est largement commenté, dans la liste des « irréductibles Gaulois » anti-écolos qui se payent une subversion à deux balles. Liste de type journalistique et non typologie savante, puisque l'auteur ne s'inquiète pas de mettre en valeur les différents ressorts de la réaction : scientisme et rapport à la technique, conservatisme politique, individualisme, etc. A la lecture de ce pamphlet, drôle et parfois injuste comme le veut le genre, on oublie presque l'ambition de la collection, qui est plutôt d'aborder des questions politiques et sociales au prisme de la philosophie. A peine quelques citations pour donner un vernis, il s'agit simplement pour l'auteur de présenter son écologie, ou mieux de l'asséner au détour d'un chapitre : c'est une écologie de la liberté, ou éco-anarchisme, dans le sillage de Murray Bookchin et Cornelius Castoriadis. Belles références, dont on ne se plaindra pas. On doit à ce dernier auteur un développement de grande qualité sur la notion d'imaginaire : que dit-on quand on parle de « décoloniser l'imaginaire » ? S'agit-il seulement de nourrir la société d'images et d'histoires nouvelles, façon storytelling bio, ou ne prend-on pas la tâche à la légère ? L'imaginaire castoriadien a à voir avec l'institution, mais il ne la précède pas allègrement, il est tributaire de sa pesanteur. L'écologie politique, corpus théorique qui semble loin d'être étranger à Samuel Pelras, pose de nombreuses questions de ce type, et on a de quoi regretter qu'elles ne soient pas ici traitées avec la même exigence.

(1) Celle-ci est brillamment faite dans la même collection par Mathias Roux dans J'ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d'experts ?, « Antidote » Flammarion, 2011.

mercredi, 30 novembre, 2011

Les femmes peuvent-elles écrire de la nature writing ?

David Vann, Désolations, Gallmeister, 2011
Trevanian, La Sanction 1972, Gallmeister, 2007 et 2010
Edward Abbey, Désert solitaire 1971, Gallmeister, 2010

D'un côté on imagine la chick litt, littérature de grande consommation, urbaine, féminine et pressée. Parce que de l'autre il y a une nature writing sous l'égide de Henry David Thoreau et Ralph Waldo Emerson, « pour nous les hommes ». D'où vient cette vision stéréotypée du rapport des hommes et des femmes à la nature et à la littérature ? C'est celle qui se dégage de la lecture des bouquins de la collection « Nature Writing » chez l'éditeur français Gallmeister. Et particulièrement des ouvrages de Trevanian ou Edward Abbey.

Chez le premier, pas trace de femme qui ne soit jugée par le protagoniste à travers un critère unique : employées ou non à d'autres desseins, qu'elles l'aient demandé ou non, elles sont avant tout baisables ou pas, soit dans le délicat vocabulaire de ce polar : « utilisables » ou non. Symptôme de la perversion du personnage principal ? Plutôt celle de l'auteur, car jamais Jonathan Hemlock ne blague sur le nom de sa voisine Cherry, jeune femme adulte et avide de se débarrasser de sa virginité. L'élégant jeu de mot (en anglais argotique déflorer se dit « faire sauter la cerise (cherry) ») et la misogynie qui se dégagent du bouquin sont donc certainement à mettre au crédit de cet auteur mystérieux. Charmant.

Le second, hors une silhouette à peine dotée du nom de son mari, ne présente la moitié de l'humanité que sur le mode de la généralité (le ranger devra entre autres compétences savoir « rassurer une jeune femme effrayée par l'orage »), souvent associée au mode de vie industriel (« la routine domestique (même vieille femme tous les soirs) »), au point de reprendre pour le décrire l'expression de « syphilisation » ou civilisation urbaine, autoritaire et violente, aux « délices polyscélérats » et vaguement teintée des péchés de l'éternel féminin. Les écoféministes ont dû apprécier, alors qu'Abbey fait comme elles de la soif du profit et du désir de domination les racines profondes du saccage de la Terre, que son mépris des femmes lui ait laissé ignorer leur rôle plutôt positif de défense du milieu et d'un mode de vie moins prédateur (1). Abbey n'est certainement pas un grand théoricien, si pour lui « la » femme est surtout une belle blonde comme l'héroïne du Gang de la clef à molette (1975, Gallmeister, 2006), dont le rôle serait de l'accompagner en rando et de se laisser transférer docilement d'un amant à l'autre, aussi peu ragoûtants soient-ils tous. Le faute à un mauvais régime ultra-carné et industriel de corned-beef et bacon aux œufs ? Un séjour dans le potager de Barbara Kingsolver (Un jardin dans les Appalaches, Rivages poche, 2009) lui aurait été plus profitable... le rapport à la nature (moins sauvage, certes) n'y est pas qu'esthétique, il passe aussi par la nourriture, dans un geste modeste et vital.

Hélas Abbey, comme Trevanian, nous écrit d'une époque révolue, celle où les écolos radicaux/ales pouvaient se gaver de viande en batterie et de voyages aéroportés, qui est aussi celle de la « libéralisation sexuelle ». Gallmeister fait certainement œuvre utile en rééditant ces bouquins-culte, mais les femmes ont de quoi tirer la gueule, d'autant plus quand elles voient que dans ce catalogue maintenant bien épais figure une seule femme, Kathleen Dean Moore. Annie Proulx n'a plus besoin d'aide pour toucher le lectorat francophone, mais signalons qu'un seul livre de Gretel Ehrlich, La Consolation des grands espaces (10/18, 2006), est disponible pour le public francophone, alors que cette auteure a reçu en 2010 le prix Henry David Thoreau qui récompense les meilleur-e-s auteur-e-s de nature writing. Hommes ou femmes.

Chez le même éditeur, le nouveau roman de David Vann, qui s'était fait remarquer en 2010 avec Sukkwan Island, ne rentre pas dans la catégorie du livre viril dont le héros bourru et décidément peu avenant (celui de Craig Johnson ou de William G. Taply) est pourtant un grand séducteur. A lire Désolations, il semble impossible de deviner le genre de l'auteur-e. Décrivant un couple qui se délite, Vann nous fait partager avec la même précision les frustrations de l'homme et les angoisses de la femme, nous dévoilant les tréfonds de l'âme humaine comme le font les grand-e-s écrivain-e-s. Peut-être moins « nature » que les autres titres de la collection, son livre est l'un des seuls qui touche ainsi d'aussi près à l'universel. La lectrice (pour une fois comme le lecteur) savourera la pépite inattendue qu'est cet ouvrage venu d'Alaska, entre usines de poisson et pick-ups rouillés.

(1) Lire par exemple à ce sujet Janet Biehl.

vendredi, 14 octobre, 2011

J'ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d'experts ?

J'ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d'experts ?, Mathias Roux, Flammarion, 2011, 120 pages, 8 €
L'Illusion politique, Jacques Ellul (1965), réédition La Table ronde, 2004, 10 € (épuisée)

On a pu résumer la technique comme la recherche systématique d'efficacité, le one best way ou meilleure (et unique) manière de procéder. S'il n'y a plus qu'une option, il n'y a plus de politique. C'était le rêve de la cybernétique : entrez vos données, appuyez sur le bouton et l'ordinateur génère pour vous de la décision publique. Plus besoin de faire appel au peuple, quant aux données elles seront produites de manière professionnelle. C'est de ce déplacement de la politique, du domaine de la chose publique à celui de l'expertise, qu'examine Mathias Roux. D'abord un rêve : que le peuple a disparu de l'arène politique, que ses défauts intrinsèques (la passion, la méconnaissance des questions en jeu, le fait même d'être juge de ce qui le concerne, non mais alors !) l'ont définitivement discrédité. Démocratie = populisme = fascisme. Du côté des élites autoproclamées au contraire, on flirte de très près avec la vérité, d'où une légitimité bien plus grande à gouverner, symbolisée par un Jacques Attali qui ne consent à livrer un rapport « pour la libération de la croissance » qu'avec l'assurance que les mesures qu'il accumule seront traduites immédiatement en action publique. Immédiatement, c'est à dire sans médiation, sans examen de ces propositions dans la balance politique.

L'auteur enseigne la philosophie, et ça se sent dans le décalage du regard que prétend (mission honnêtement accomplie pour cet opus-ci) apporter la collection « Antidote », inaugurée en cette rentrée chez Flammarion. C'est moins la prétention à la vérité qui est mise à mal que l'idée même de se réclamer de la vérité dans le champ politique. A la science et à la vérité, à qui il refuse droit de cité, Mathias Roux oppose une insécurité féconde, la possibilité de se tromper qui accompagne la liberté politique dans sa recherche de la justice. Puisque le monde est trop complexe, personne ne peut être assuré de détenir à son sujet un savoir indépassable, l'expertise n'a donc pas lieu d'être, c'est à l'arbitrage politique de prendre le relais.

Jacques Ellul, adjoint au maire de Bordeaux à la sortie de la guerre, a tiré une conclusion plus pessimiste de la complexité des sociétés contemporaines. Il ne s'agit pas de se battre pour garder « le choix du choix », car ce n'est pas un rapport de force, la lutte des classes, mais le système technicien lui-même qui nous dépossède de l'agenda politique et nous ferme les possibles. C'est donc à ce système et à son emprise qu'il nous faut nous attaquer : l'énergie nucléaire au service de l'émancipation, c'est structurellement aussi impossible que des tracteurs dans le bocage ou des TGV qui « innervent les territoires ». Ici se situe le gouffre entre la pensée écolo, dans toutes ses ramifications, et ce qu'on appellera faute de mieux « la gauche », qui persiste à vouloir comme l'auteur régler entre être humains des affaires qui nous dépassent.

mardi, 4 octobre, 2011

Autour de trois moments de l'histoire de l'écologie

Franz Broswimmer, Une brève histoire de l'extinction en masse des espèces (2002), rééd. Agone, 2010 (12 €)
Jean-Paul Deléage, Une histoire de l'écologie, Seuil, 1991 (7,95 €)
Fairfield Osborn, La Planète au pillage (1948), rééd. Actes Sud, 2008 (8,50 €)

Les années 2000, au moins jusqu'à ce vendredi 11 mars 2011 qui a réveillé d'autres angoisses, ont vu le changement climatique s'installer au centre des préoccupations environnementales. Peut-être aux dépens d'autres thématiques, comme l'érosion des sols ou la crise de la biodiversité, auxquelles d'autres époques ont prêté une oreille plus attentive. L'écologie aussi connaît des modes.
La question de la pollution était ainsi centrale dans les années 1970. Le verre d'eau de René Dumont deviendrait précieux à cause des pollutions infligées aux nappes phréatiques ; le recours à l'énergie nucléaire était inacceptable en raison de la dangerosité de la dispersion des radionucléides. Si les années 1980 ont accordé un peu d'attention aux thématiques environnementales, c'est peut-être la question de la déforestation qui a suscité le plus d'intérêt, avec l'émergence de figures comme le Brésilien Chico Mendes ou la Kenyane Wangari Maathai. Un auteur comme Fairfield Osborn, qui écrit juste après la catastrophe écologique du Dust Bowl (1), accorde en 1948 de longs chapitres à l'érosion des sols : si l'élevage prédomine dans les paysages ruraux, comme ce fut le cas en Espagne à l'ère classique, les plantes aux systèmes racinaires assez profonds pour retenir les terres agricoles disparaissent, mangées par les troupeaux, et les terres ruissellent dans les océans, ne laissant plus que poussière dans des paysages ravagés. En 1991, Jean-Paul Deléage décrit cette entropie, ou tension d'un système vers le chaos, qui érode inexorablement les terres. Elle ne peut être que ralentie par la présence de forêts, d'une végétation adaptée, et il met l'accent sur les dangers de la déforestation, qui peut au contraire aggraver l'érosion naturelle.
Ces tendances, plutôt que des approches étroites se faisant concurrence, sont autant de portes d'entrées dans une maison (la nôtre) où tout se tient, tout est lié, et dont les équilibres écosystémiques sont attaqués de partout : notre consommation effrénée d'énergies fossiles provoque un changement climatique qui perturbe les écosystèmes et les espèces qui y vivent, ce changement étant accentué par des pratiques agricoles ou une déforestation qui, outre la production de gaz à effet de serre, intensifie l'érosion des sols et la désertification... Il n'y a qu'à choisir le bout par lequel on démêlera la pelote.

Dernier en date à proposer une histoire de l'écologie et un ambitieux état des lieux dans un bouquin grand public (2), Franz Broswimmer adopte l'angle de la disparition de la grande faune. Et depuis cette porte d'entrée, il déroule une impressionnante histoire du monde, qui court de l'extinction de la mégafaune australienne autour de 50.000 av. JC aux désastres d'une déforestation encouragée par la Banque mondiale, en passant par les exploits douteux de Buffalo Bill, tueur de bisons et affameur de populations locales. La déforestation (pour le chauffage et la construction de logements, de bâtiments somptuaires ou de bateaux) et la surexploitation agricole non seulement détruisent l'habitat de la faune, mais encore bousculent le cycle de l'eau. Ajouter à cela une chasse excessive, c'est le modus operandi idéal pour attenter aussi bien à la diversité de la faune qu'aux conditions environnementales de la survie des sociétés.
Les contempteurs/rices les plus obtu-e-s du capitalisme mondialisé, les amoureux/ses des bons sauvages, les nostalgiques d'une époque où c'était beaucoup mieux, tout-e-s risquent d'être déçu-e-s par cette Brève Histoire qui bouscule quelques idées reçues. Non, les chasseurs-cueilleurs n'ont pas forcément vécu en harmonie avec la nature : aussi bien les Aborigènes que les Indien-ne-s d'Amérique du Nord ont su décimer 95 % de leur grande faune et dégrader leur environnement au point que celui-ci ne se compose plus que de plaines inhospitalières ; les hommes préhistoriques n'ont pas été de reste en Europe, et on a découvert des charniers où la viande de milliers d'animaux a pourri aussi inutilement que les bisons décimés par les capitalistes américains du XIXe siècle. Non, la tension démographique n'est pas une raison essentielle de la dégradation de l'environnement, comme l'annonce Jared Diamond. C'est plutôt le rapport de l'être humain à la nature qui est en jeu, et le rapport des êtres humains entre eux.
Avec l'abandon de ses rites les plus en phase avec la nature, la Rome antique développe une hubris comparable à celle de Descartes et Newton. L'existence de surplus, de richesses non-nécessaires, établit souvent une classe privilégiée qui exerce sa domination sur les autres classes, paysan-ne-s, artisan-e-s, exigeant l'accroissement infini des surplus, poussant à la surproduction ou à l'exploitation des ressources naturelles au-delà de la capacité de régénération du milieu. La guerre, domination ultime, est abondamment décrite par Broswimmer comme l'occasion des pires prédations. Pour sa préparation d'abord : la marine athénienne rase les forêts environnantes pour construire ses bateaux ; les armées modernes consomment terres, carburants et budgets publics dans des proportions qu'on préfère souvent oublier. Mais la guerre elle-même s'accompagne depuis des siècles d'un assaut sur les ressources environnementales des ennemi-e-s, et si le sel déposé sur les terres de Carthage détruite tient peut-être de la légende, le tapis de bombes et de napalm dont l'armée US a recouvert le Vietnam est l'exemple le plus emblématique de l'écocide à l'échelle d'un pays.
Broswimmer décrit cette violence, consciente ou non, sur l'environnement dans un continuum impeccable. Les grandes tendances sont les mêmes dans l'histoire des sociétés qu'il décrit (3), mais le changement de rythme introduit par le capitalisme et le progrès technique est bien visible. Les exemples antiques emblématiques (Mésopotamie, Athènes, Rome, le Chaco, l'empire Maya, l'île de Pâques) sont bien documentés dans le second chapitre. Mais trois chapitres sur cinq sont au total consacrés aux écocides capitalistes, de l'Europe du XVe siècle jusqu'à la dictature du FMI et de la Banque mondiale, et ils s'attachent autant aux structures sociales qu'à un imaginaire scientiste et « progressiste ». On comprend l'intérêt pour la maison d'édition Agone, spécialisée dans une histoire sociale critique (de Chomsky à Howard Zinn, en passant par Jean-Pierre Berlan, auteur de La Guerre au vivant et de la préface de cette édition), de se pencher pour une fois sur la question écolo en donnant au public français une belle seconde chance de découvrir le travail de Franz Broswimmer.

Notes
(1) Une série de tempêtes de poussière sur le continent nord-américain dans les années 1930, qui contribue au moins autant que la dépression à jeter sur les routes des fermiers privés de terres, littéralement envolées.
(2) L'édition de 2010 du livre de Broswimmer vient après le best-seller de Jared Diamond, Effondrement (Gallimard, 2006), mais il a été publié avant, tant aux USA qu'en France (première édition française par Parangon en 2003, sous le titre Écocide. Une brève histoire de l'extinction en masse des espèces).
(3) On peut regretter que, faisant le journal des mauvaises nouvelles, il passe sous silence les sociétés qui ont respecté leur environnement, laissant malgré lui l'image (anthropologiquement fausse) d'une « nature humaine » décidément mauvaise...

mercredi, 15 juin, 2011

Labo planète

Jacques Testart, Agnès Sinaï, Catherine Bourgain, Labo planète
2010, Mille et une nuits, 175 pages, 10 €

Texte paru dans la revue du Réseau "Sortir du nucléaire"

Fin 2007, la Fondation Sciences citoyennes (FSC) organise le cycle de débats « Sciences-Planète » avec l'objectif de faire dialoguer chercheurs critiques et profanes engagés autour des controverses ouvertes par la technoscience, c'est à dire les applications techniques (innovation) des découvertes de la recherche scientifique. Aujourd'hui nous avons accès à une synthèse de ces dialogues, qui reprend certains des sujets abordés (énergie, « post-humain », agriculture) et trace des lignes transversales : question des brevets et de la clôture de savoirs, démocratisation de la recherche et de l'innovation, articulation d'une science résolument moderne avec les défis écologiques. De nucléaire, il est peu question dans ces pages, et de rares paragraphes y sont consacrés. Pourquoi une telle absence ? Malgré cela, cet ouvrage peut constituer une contribution importante à la réflexion des militants antinucléaires, en précisant la critique formulée à l'encontre d'une idéologie du progrès et d'une expertise scientifique anti-démocratique qui nous ont livré un monde nucléarisé. « Ce qui devrait inquiéter le plus dans ces efforts technoscientifiques n'est pas la volonté souvent infantile de maîtrise, mais l'incapacité à maîtriser réellement les conséquences de ces choix. »

- page 4 de 5 -