Mon blog sur l'écologie politique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Malaisie et Indonésie

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 13 décembre 2016

Malaisie : le "people power" et les élections "propres" selon Tian Chua

C’est l’une des grandes figures de l’opposition en Malaisie. Arrêté après la 5e manifestation de Bersih le 19 novembre dernier, Tian Chua est vice-président du PKR, le Parti de la justice du peuple. Son organisation politique fait partie de ce vaste mouvement de la société civile malaisienne qui réclame la démission du Premier ministre Najib Razak et qui rythme la vie publique pays depuis 2007. Tian Chua a été relâché au bout de quelques jours, peu avant que Maria Chin, leader du mouvement Bersih arrêtée la veille du grand rassemblement, ne soit libérée à son tour. Le député d’opposition inscrit le mouvement Bersih contre la corruption et pour des élections équitables dans l’histoire de son pays mais également dans celle du « people power » d’Asie du Sud-Est, dont on célèbre ce mois-ci les trente ans.

Lire la suite...

mardi 29 novembre 2016

Malaisie : la nouvelle aura de Maria Chin, leader du mouvement Bersih

Chaque soir depuis dix jours, sur la place de l’Indépendance à Kuala Lumpur, les supporters du mouvement anti-corruption Bersih se sont réunis en soutien à Maria Chin Abdullah, incarcérée depuis la veille du rassemblement, le 18 novembre, au titre du Security Offences Special Measures Act (Sosma). Hier lundi 28 novembre dans la soirée, les slogans sont repris plus joyeusement : la présidente de Bersih 2.0 a été libérée dans l’après-midi.

Lire la suite...

mercredi 23 novembre 2016

Le village de Lakarwodo résiste en cartes

C’est en secret que les villageois de Lakardowo, à Java Est, se rendaient à dix kilomètres de là dans les locaux de l’ONG Ecoton, une association de défense de l’environnement. « Les femmes, lors de leurs premières formations sur les déchets toxiques ou sur les régulations environnementales, mentaient à leur famille et à leur voisins quand elles venaient ici. Les hommes attendaient 22 h pour que personne ne les voie. » Riska se souvient de leurs premiers contacts avec l’équipe de biologistes militants dont elle est la benjamine. Depuis quelques mois, elle a le plaisir de voir les villageois venir de jour et toujours plus nombreux, entassés sur le plateau d’un pick-up, pour élaborer avec l’ONG des réponses à ce que vit le village depuis six ans.

En 2010 une usine de traitement de déchets toxiques, PT PRIA (Putra Restu Ibu Abadi), s’installe sur la commune, se présentant aux autorités du village comme une usine de briques et de papier recyclé. Il faut du temps, des lanceurs d’alerte et des malades pour comprendre que les briques en question ne sont que l’une des formes sous lesquelles l’usine se débarrasse de déchets toxiques..

La suite sur le site visionscarto.net.

jeudi 29 septembre 2016

Cartographie participative du vélo potentiel à Kuala Lumpur

Kuala Lumpur a, vu du ciel, des airs de plats de spaghetti où s’emmêlent les autoroutes à deux fois trois ou quatre voies. Dans les quartiers, les automobiles garées sur les trottoirs, les embouteillages où les pare-chocs se touchent presque et la priorité donnée aux voitures sur les piétons rendent improbable l’idée de faire du vélo dans la capitale malaisienne. C’est pourtant le cas, même si les cyclistes sont assez rares pour qu’on puisse passer une journée sans en voir un… Mais cela ne s’improvise pas, il est déconseillé de partir à l’aventure sans une idée précise de son itinéraire. Pour cela, l’apprenti·e cycliste peut désormais compter sur une carte qui l’aidera à circuler dans la jungle urbaine : Cycling KL Bicycle Map.

La suite sur le site Visions carto.

mardi 18 novembre 2014

Extractivisme et développement : écologie de la Malaisie (1)

Là où les moussons se rencontrent

C'est le 11e pays le plus visité au monde, juste derrière la Thaïlande. Comme la France, carrefour de l'Europe occidentale à la rencontre des mondes latins et germaniques, la Malaisie bénéficie d'une position géographique privilégiée, entre mer de Chine et océan Indien. Les moussons ont permis pendant des siècles aux marins et aux marchands chinois de descendre jusqu'au sud de la péninsule malaise et d'y rencontrer ceux des mondes indiens et arabes, poussés par d'autres vents. Le caractère multiculturel de la société malaisienne aujourd'hui est aussi l'héritage de la colonisation du pays et de l'exploitation de ses ressources naturelles par les Britanniques. Fortement stigmatisée dans les années 1980 et 1990, pendant lesquelles elle fut le deuxième exportateur mondial de bois tropicaux (pour une surface équivalent à une moitié de France !), la Malaisie ne s'est jamais remise de l'usage qui a été fait d'elle sous l'ère coloniale : un réservoir de richesses naturelles à piller. Le caoutchouc et l'étain ont été remplacés par le palmier à huile et le pétrole, mais les structures extractivistes (1) ne changent pas, dans les effets de la rente qu'elle produit et dans sa redistribution, dans le rapport à la Nature et au temps long.

Lire la suite...

lundi 17 novembre 2014

Extractivisme et développement : écologie de la Malaisie (2)

Le rojak malaisien

La Malaisie, l’état des Malais ? Ou à partir de quand est-on bumiputera, fils de la Terre ? L’appellation englobe les communautés autochtones, Orang Asli de la péninsule et Orang Asal de Bornéo, les deux expressions ne rendant pas compte de la variété des peuples qui vivent de et dans la forêt. Mais avant tout les Malais, synonyme ici de musulmans : le peuple de marins islamisé après le XIIe siècle, dont la langue a des racines communes avec le malgache ou le tagalog philippin, mais encore les populations indiennes, thaï ou philippines à condition qu’elles soient musulmanes (1). Et enfin les Peranakan, métis chinois (les Baba Nyonya ou Chinois des détroits qui sont bouddhistes ou chrétiens), indiens ou arabes. Et les Eurasiens, qui font état plus souvent d’ascendances portugaises que néerlandaises ou britanniques, les trois puissances coloniales qui se sont succédées depuis le XVIe siècle. Même si l’État n’admet pas de différence entre ses sujets, toutes ces communautés reconnues comme autochtones bénéficient d’un ensemble de lois qui doivent assurer leur non-discrimination économique (2).

Lire la suite...

lundi 18 août 2014

La Malaisie sur Canal Sud

Cela fait aujourd'hui 300 jours que des villageois-es autochtones se relaient pour bloquer l'accès au site de construction du barrage hydroélectrique de Baram, qui prévoit de submerger 400 km2 et de déplacer 20.000 personnes de 26 villages.

Coïncidence du calendrier, Grégoire m'invite le lendemain à présenter mon reportage en Malaisie, dont une partie est consacrée aux luttes des peuples autochtones et l'autre à la contestation de l'usine de terres rares de Lynas. C'est à écouter sur le site de Canal Sud, 92.2 à Toulouse, dans l'émission « Le magazine » qu'il anime.

Le site de l'émission.

Le lien direct vers l'enregistrement.

Ici pour s'abonner à L'An 02, dont le numéro de septembre proposera une version papier du reportage au Sarawak.

Lire la suite...

dimanche 17 août 2014

Cameron Highlands : la ruée vers l'or vert

Dans les hautes terres de la péninsule malaisienne, une association d’habitant-e-s lutte contre les ravages d’une agriculture industrielle.

Tout le monde se retrouve dans les Cameron Highlands : les touristes malaisien-ne-s, attiré-e-s par les températures clémentes, entre 20 et 25°, les fruits et légumes exotiques (fraises, laitues) qui poussent sous ces conditions et le petit air anglais de cette station fondée par les Britanniques au XIXe siècle ; les touristes internationaux pour les plantations de thé, les sentiers dans la jungle moussue, abondamment arrosée par des averses régulières, et… les températures clémentes.

Lire la suite...

mardi 22 juillet 2014

À Singapour, achète-t-on bien les domestiques ?

Il y en a des fermés le dimanche et d’autres ouverts 24h sur 24. Des luxueux et des miteux. Des spécialisés et des généralistes, avec les enseignes des multinationales du commerce de détail, un H&M, un Starbucks. Au dernier étage, un food court ou un cinéma parfois… C’est le mall ou centre commercial, cette institution qui en Asie du sud-est offre l’avantage de concentrer ses loisirs consuméristes à l’abri du soleil et de la chaleur. Celui de Bukit Timah, à Singapour, a fait couler beaucoup d’encre. Le 27 juin, Al Jazeera publie un excellent papier qui fait le point sur la situation des domestiques étrangères à Singapour, en prenant comme point de départ l’endroit où elles sont le plus visibles, ce petit centre commercial à l’ouest de la ville-état. La presse française s’en empare, France 24 produisant une resucée assez incomplète de l’article en question, illustrée par une photo de gratte-ciels au centre-ville, à 11 km. Les mêmes titres sensationnalistes (« Achetez un domestique » par lepoint.fr, notons un masculin neutre assez déconcertant) et les mêmes photos non-créditées font ensuite le tour d’Internet. Que se passe-t-il donc au Bukit Timah Shopping Centre ?

Lire la suite...

En Malaisie, réapprendre à cultiver naturellement

Confrontée à l’abondance de ressources d’une agriculture prospère, la Malaisie connaît désormais les maladies de civilisation que sont l’obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires. Boissons sucrées et viande bon marché ont complété une cuisine dont les deux plats emblématiques sont le nasi goreng, ou riz frit, et le nasi lemak, ou riz gras, le plat du matin, un délicieux riz cuit dans de la noix de coco et des feuilles de pandan, servi avec des anchois, des cacahuètes, des concombres et de la sauce épicée (sambal). Et désormais avec une cuisse de poulet par-dessus, pour faire bonne mesure. La vie quotidienne y est plutôt sédentaire : les rues sont trop chaudes pour y faire de longues marches ou du vélo, alors les membres de la classe moyenne s’inscrivent à des salles de gym qu’ils fréquentent après leurs heures de travail. Et les ChinoisES de Penang découvrent le vélo, si ce n’est à titre de moyen de transport, au moins à titre de sport, tôt le matin ou en soirée. Malgré ces quelques tendances, on considère qu’il y a 10 % de diabétiques de type 2 en Malaisie, soit deux fois plus qu’il y a cinq ans, qui ont développé leur maladie en raison d’une mauvaise hygiène de vie. Et les images du Premier ministre Najib Razak à vélo pendant une demi-heure ce printemps ou les injonctions des gouvernants à arrêter le nasi lemak n’y changent pas grand-chose.

Lire la suite...

- page 2 de 3 -