Reportages › Malaisie et Indonésie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, 23 juin, 2019

Crise des déchets plastiques en Asie du Sud-Est

Une série de trois reportages publiés sur Asialyst.com

En août 2018, les biologistes militant·es de l'association Ecoton à Java me font visiter une décharge sauvage à quelques kilomètres de leur siège. Des déchets plastiques triés par des travailleurs pauvres, une partie brûlée comme combustible, sans filtre, dans l'usine de tofu voisine… Je prends quelques photos pendant que les chiffonniers m'exhibent l'une de leurs trouvailles, un drapeau états-unien. Deux ans plus tôt, j'avais visité une usine de recyclage de papier qui s'était engagée sous l'influence d'Ecoton pour augmenter la qualité de ses rejets dans la rivière. Ces décharges constituent un gros recul écologique, dans une région où les déchets ménagers ne sont pas même collectés.

C'est que l'année 2018 a été celle d'une crise mondiale des déchets plastiques, suite au choix de la Chine de ne plus assurer leur recyclage. Les industriels cherchent alors d'autres débouchés et lorgnent sur les pays voisins. La Malaisie et l'Indonésie en font les frais, hésitant à refuser elles aussi l'importation de ces déchets, au centre d'une activité économique émergente. Mais à la fin de l'année, il faut se rendre à l'évidence : beaucoup d'acteurs véreux ne font pas du recyclage mais une gestion à moindre coût pour profiter de l'aubaine. Stockage de déchets dans des usines qui sont abandonnées une fois pleines, décharges sauvages dans la nature, combustion sans filtre qui libère des fumées toxiques, etc.

Pendant des mois, les riverain·es, qui commencent à souffrir des pollutions, découvrent ces sites autour de leurs villages. Les associations écologistes sont sur le terrain. Greenpeace produit à l'automne 2018 un premier rapport qui concerne l'ensemble de l'Asie du Sud-Est. Les Amis de la Terre Malaisie interpellent le gouvernement sur l'interdiction des importations et travaillent main dans la main avec GAIA (Global Alliance for Incinerator Alternatives). C'est Mageswari Sangaralingam, une Malaisienne que j'ai déjà rencontrée sur d'autres luttes, qui fait le lien entre les deux. En avril 2019, la question est largement traitée par les médias malaisiens et arrive sur le devant de la scène. Le gouvernement est convaincu et le contexte international s'éclaircit : une conférence à Genève propose d'intégrer les déchets plastiques non-recyclables à la convention de Bâle sur les déchets dangereux – ce qu'ils sont – pour en interdire le trafic international. Prigi, de l'association Ecoton, et Mageswari, tou·tes deux à Genève, ont eu gain de cause.

Chapitre 3 : Quand l'Asie du Sud-Est nous renvoie nos déchets plastiques

Aujourd'hui les déchets plastiques sont toujours là, en particulier en Malaisie qui a reçu le plus gros contingent. Et d'autres arrivent encore, que les autorités portuaires découvrent sur les docks de Port Klang et de Butterworth, les deux plus gros ports du pays, sur le détroit de Malacca. Ils sont cachés dans les conteneurs sous des déchets légaux recyclables ou bien sous de fausses déclaration. Le 17 juin, il y a à Butterworth pas moins de 400 conteneurs en attente de renvoi à leur envoyeur… aux frais des autorités malaisiennes qui doivent en outre faire la chasse aux contrebandiers et nettoyer les sites pollués. Il est temps que les pays développés, qui envoient en Europe de l'Est ou en Asie une (petite) partie de leurs déchets, les retraitent tous à la maison.

Plein de liens à suivre sur le site d'Asialyst mais des bonus ici :

Les pauvres ne comprennent rien à l'écologie mais les riches, si ? Chronique rigolote de Guillaume Meurice.

En France aussi on sait jeter du plastique à la flotte.

Excellente histoire politique de l'emballage perdu et du recyclage par Grégoire Chamayou.

mercredi, 8 mai, 2019

« Women’s march » à Kuala Lumpur

Femmes, LGBT : malaise en Malaisie

À Kuala Lumpur, la marche des femmes du 9 mars a été interdite par les autorités. Ça n’a pas empêché une joyeuse troupe d’activistes féministes et LGBT de manifester, secouant un peu les mœurs d’un pays bigrement conservateur. Reportage paru dans le journal CQFD d'avril 2019.

Illustration Caroline Sury.

Lire la suite...

mercredi, 1 mai, 2019

Recyclés ? Non, nos déchets plastiques inondent l'Asie du Sud-Est

Les touristes occidentaux qui arpentent les routes du Sud-Est asiatique sont toujours choqués par l’omniprésence de déchets plastiques dans l’environnement de la péninsule et de l’archipel. Le plastique abonde dans la vie quotidienne, qu’il s’agisse d’usage unique ou d’objets. Dans les supermarchés et les épiceries, les contenants en verre ou en carton sont plus rares qu’en Europe et les doses individuelles plus répandues. Dans les marchés, les emballages en feuilles de bananier ont laissé place au plastique et parmi les stands, il en est souvent un qui vend aux commerçants les sacs en plastique et boîtes en polystyrène dont ils font un usage abondant. Le traitement des déchets pose problème : les infrastructures sont mauvaises ou inexistantes et dans les zones rurales les déchets ne sont pas collectés, chaque famille brûlant dans son jardin ses emballages de snacks, sacs ou bouteilles en plastique. À ces difficultés s’ajoutent désormais celles que connaît la région depuis qu’elle suscite les convoitises des acteurs du marché mondial du recyclage des déchets. Car le problème des déchets domestiques est aggravé par l’importation de ceux des pays riches, des États-Unis au Japon, en passant par l’Europe.

La suite sur Asialyst.com.

jeudi, 18 janvier, 2018

Élections en Malaisie : l'alternance est-elle encore possible ?

Les prochaines élections législatives en Malaisie devraient se tenir en février ou mars prochains. La date n’est pas encore connue, elle est laissée à la discrétion de Najib Razak. Le Premier ministre a l’obligation de convoquer ces élections avant août 2018 et de les annoncer avec onze jours d’avance, durée minimale de la campagne. Cette latitude compte parmi les nombreuses cartes que le parti au pouvoir a en main pour garder son hégémonie à l’assemblée, comme c’est le cas depuis 1957, date de l’indépendance du pays. Début décembre, le public malaisien prenait connaissance d’un article académique dans lequel un chercheur basé au Canada, Kai Ostwald, fait le point sur les caractères autoritaires du régime, caractères qui donnent à la Malaisie une place parmi les pays où « l’intégrité électorale » est la plus faible. L’annonce a choqué, même si ces critiques rejoignent celles de l’opposition politique malaisienne depuis des années. Car la Malaisie est le seul pays à son niveau de développement dans le groupe des régimes très autoritaires. Qu’est-ce qui fait donc du régime parlementaire malaisien l’un des moins démocratiques au monde ?

La suite sur Asialyst.

samedi, 21 octobre, 2017

En Malaisie, la société civile au chevet des réfugiés rohingyas

En mai 2015, des charniers sont découverts dans la jungle thaïlandaise à la frontière malaisienne. Les victimes étaient des Rohingyas (peuple musulman de Birmanie) réfugiés ayant fui la Malaisie et les violentes persécutions de ses militaires. Bien que majoritairement musulman, la Malaisie leur refuse l’asile et les considère comme des migrants économiques clandestins. Entre les initiatives de la société civile pour les accueillir et l’instrumentalisation de leur cause par les autorités, la présence des Rohingyas est devenue un enjeu majeur de politique intérieure.

Un reportage à lire sur Visionscarto.net et sur Asialyst.com. Photos de Marine Vial.

mercredi, 11 octobre, 2017

Malaisie : Tian Chua, un leader de Bersih en prison avant les élections de décembre

Tian Chua est en prison depuis le jeudi 29 septembre. Le leader malaisien, député et vice-président du principal parti d’opposition, le PKR, est familier de ce genre de traitement. Nous l’avions rencontré en novembre 2016, à l’issue de deux jours passés en prison. Il avait été inquiété pour sa participation à la manifestation Bersih 5, pourtant pacifique et que le gouvernement avait choisi de ne pas réprimer. Tian Chua est l’un des acteurs de ce mouvement qui réunit l’opposition politique et la société civile autour d’un slogan, « Bersih ! » (« clean »), qui appelle à la lutte contre la corruption et pour des élections propres et équitables. Les prochaines élections générales, prévues pour décembre 2017, pourraient être l’occasion de la première alternance dans le pays. Mais la coalition au pouvoir qui tient la Malaise sans partage depuis 1957, date de l’indépendance du pays, resserre son étau sur cette démocratie fragile.

Tian Chua à Kuala Lumpur, novembre 2016. Photo Aude V.

La suite sur Asialyst.

mercredi, 28 juin, 2017

Indonésie : quand Bali dit non au tourisme de masse

Chaque année, la moitié des touristes qui viennent découvrir l’immense archipel indonésien se retrouvent à Bali, une île grande comme un ou deux départements français. Ses temples hindous, ses frangipaniers aux fleurs odorantes, ses rizières en terrasse dont le système d’irrigation est classé au patrimoine mondial de l’Unesco… mais aussi ses embouteillages, ses plages bondées et ses millions de visiteurs aux épaules rougies par le soleil. La destination culturelle jadis prisée par les hippies est devenue usine à touristes. Alors, quand un magnat prévoit de poldériser 700 hectares de zone humide en pleine ville, c’est toute l’île qui se lève pour refuser le projet. Environnementalistes, employés du secteur touristique ou artistes, ils sont tous très tolak, du nom du mouvement « Bali Tolak Reklamasi Teluk Benoa » (« Non à la poldérisation de la baie de Benoa »).

La suite sur Asialyst.com

mardi, 28 février, 2017

En Malaisie, la société civile au chevet des réfugiés rohingyas

Une myriade d’acteurs de la société civile tentent, dans un certain désordre, de compenser l’incurie du gouvernement de Malaisie et de porter assistance aux dizaines de milliers de réfugiés rohingyas auxquels le pays refuse l’asile et le droit de travailler.

La suite sur le site Mediapart.

lundi, 23 janvier, 2017

Luttes environnementales en Malaisie et Indonésie

Ce vendredi "La voix sans maître" sur Radio Campus Lille s'intéresse aux luttes environnementales en Malaisie et Indonésie avec la présentation de trois de ses reportages dans la région. Cette émission est écoutable en cliquant ICI. Le morceau de Superman Is Dead débute à 10'17 et la discussion à 14'25.

Lire la suite...

dimanche, 22 janvier, 2017

Voyage à la source des écologistes de Java

Reportage paru dans le numéro 116 de L’Âge de faire en février 2017.


C’est dans un pick-up que nous quittons Wringinanom, où se trouvent les locaux de l’association écologiste Ecoton, pour rejoindre les hautes terres de Wonosalam, à l’Est de Java, en Indonésie. À moitié biologiste de terrain et à moitié organisateur communautaire, Amir est au volant. C’est lui qui coordonne depuis 2010 un programme de réhabilitation de la forêt mené avec les habitant·es du district. Il a vécu sur place pendant deux ans lors de la mise en place du programme et aujourd’hui il est accompagné par Riska, biologiste elle aussi, par Afrianto, un bénévole de l’association, et par Heri, dont les photos illustrent ce reportage. Tout le monde a hâte de rejoindre la fraîcheur des hautes terres. Pour les biologistes, il s’agit d’améliorer la qualité des eaux des cinq rivières qui dévalent de ces montagnes. Les habitant·es, pour leur part, cherchent des activités durables pour faire vivre leur district.

Lire la suite...

mardi, 13 décembre, 2016

Kuala Lumpur, 19 novembre : Bersih !

Pas de violence policière dans les rues, mais une répression en amont. Pour sa cinquième marche, le mouvement de la société civile malaisienne Bersih a rassemblé environ 40 000 de ses supporters dans les rues de Kuala Lumpur. En huit heures de manifestation, aucune émeute alors que 7000 policiers avaient été déployés. Pour rendre le mouvement aphone, le gouvernement de Najib Razak a fait arrêter la secrétaire générale de Bersih : depuis la veille de la manifestation, vendredi 18 novembre, Maria Chin Abdullah est en cellule de confinement pour 28 jours sans autre forme de procès. Ses avocats viennent de déposer une plainte en justice. Après la manifestation de samedi, Najib Razak paraît loin d’être affaibli, malgré l’immense scandale de corruption 1MDB, qui ternit son image. Comment expliquer le rapport de force actuel entre le Premier ministre et la société civile qui demande sa démission ? Qui était à la manifestation de samedi ? Quels sont les espoirs de ceux qui se sont mobilisés ? Un reportage à Kuala Lumpur publié le 23 novembre par Asialyst. (Le chapô et les intertitres sont de la rédaction.)

Lire la suite...

Malaisie : le "people power" et les élections "propres" selon Tian Chua

C’est l’une des grandes figures de l’opposition en Malaisie. Arrêté après la 5e manifestation de Bersih le 19 novembre dernier, Tian Chua est vice-président du PKR, le Parti de la justice du peuple. Son organisation politique fait partie de ce vaste mouvement de la société civile malaisienne qui réclame la démission du Premier ministre Najib Razak et qui rythme la vie publique pays depuis 2007. Tian Chua a été relâché au bout de quelques jours, peu avant que Maria Chin, leader du mouvement Bersih arrêtée la veille du grand rassemblement, ne soit libérée à son tour. Le député d’opposition inscrit le mouvement Bersih contre la corruption et pour des élections équitables dans l’histoire de son pays mais également dans celle du « people power » d’Asie du Sud-Est, dont on célèbre ce mois-ci les trente ans.

Lire la suite...

mardi, 29 novembre, 2016

Malaisie : la nouvelle aura de Maria Chin, leader du mouvement Bersih

Chaque soir depuis dix jours, sur la place de l’Indépendance à Kuala Lumpur, les supporters du mouvement anti-corruption Bersih se sont réunis en soutien à Maria Chin Abdullah, incarcérée depuis la veille du rassemblement, le 18 novembre, au titre du Security Offences Special Measures Act (Sosma). Hier lundi 28 novembre dans la soirée, les slogans sont repris plus joyeusement : la présidente de Bersih 2.0 a été libérée dans l’après-midi.

Lire la suite...

mercredi, 23 novembre, 2016

Le village de Lakarwodo résiste en cartes

C’est en secret que les villageois de Lakardowo, à Java Est, se rendaient à dix kilomètres de là dans les locaux de l’ONG Ecoton, une association de défense de l’environnement. « Les femmes, lors de leurs premières formations sur les déchets toxiques ou sur les régulations environnementales, mentaient à leur famille et à leur voisins quand elles venaient ici. Les hommes attendaient 22 h pour que personne ne les voie. » Riska se souvient de leurs premiers contacts avec l’équipe de biologistes militants dont elle est la benjamine. Depuis quelques mois, elle a le plaisir de voir les villageois venir de jour et toujours plus nombreux, entassés sur le plateau d’un pick-up, pour élaborer avec l’ONG des réponses à ce que vit le village depuis six ans.

En 2010 une usine de traitement de déchets toxiques, PT PRIA (Putra Restu Ibu Abadi), s’installe sur la commune, se présentant aux autorités du village comme une usine de briques et de papier recyclé. Il faut du temps, des lanceurs d’alerte et des malades pour comprendre que les briques en question ne sont que l’une des formes sous lesquelles l’usine se débarrasse de déchets toxiques..

La suite sur le site visionscarto.net.

jeudi, 29 septembre, 2016

Cartographie participative du vélo potentiel à Kuala Lumpur

Kuala Lumpur a, vu du ciel, des airs de plats de spaghetti où s’emmêlent les autoroutes à deux fois trois ou quatre voies. Dans les quartiers, les automobiles garées sur les trottoirs, les embouteillages où les pare-chocs se touchent presque et la priorité donnée aux voitures sur les piétons rendent improbable l’idée de faire du vélo dans la capitale malaisienne. C’est pourtant le cas, même si les cyclistes sont assez rares pour qu’on puisse passer une journée sans en voir un… Mais cela ne s’improvise pas, il est déconseillé de partir à l’aventure sans une idée précise de son itinéraire. Pour cela, l’apprenti·e cycliste peut désormais compter sur une carte qui l’aidera à circuler dans la jungle urbaine : Cycling KL Bicycle Map.

La suite sur le site Visions carto.

mardi, 18 novembre, 2014

Extractivisme et développement : écologie de la Malaisie (1)

Là où les moussons se rencontrent

C'est le 11e pays le plus visité au monde, juste derrière la Thaïlande. Comme la France, carrefour de l'Europe occidentale à la rencontre des mondes latins et germaniques, la Malaisie bénéficie d'une position géographique privilégiée, entre mer de Chine et océan Indien. Les moussons ont permis pendant des siècles aux marins et aux marchands chinois de descendre jusqu'au sud de la péninsule malaise et d'y rencontrer ceux des mondes indiens et arabes, poussés par d'autres vents. Le caractère multiculturel de la société malaisienne aujourd'hui est aussi l'héritage de la colonisation du pays et de l'exploitation de ses ressources naturelles par les Britanniques. Fortement stigmatisée dans les années 1980 et 1990, pendant lesquelles elle fut le deuxième exportateur mondial de bois tropicaux (pour une surface équivalent à une moitié de France !), la Malaisie ne s'est jamais remise de l'usage qui a été fait d'elle sous l'ère coloniale : un réservoir de richesses naturelles à piller. Le caoutchouc et l'étain ont été remplacés par le palmier à huile et le pétrole, mais les structures extractivistes (1) ne changent pas, dans les effets de la rente qu'elle produit et dans sa redistribution, dans le rapport à la Nature et au temps long.

Lire la suite...

lundi, 17 novembre, 2014

Extractivisme et développement : écologie de la Malaisie (2)

Le rojak malaisien

La Malaisie, l’état des Malais ? Ou à partir de quand est-on bumiputera, fils de la Terre ? L’appellation englobe les communautés autochtones, Orang Asli de la péninsule et Orang Asal de Bornéo, les deux expressions ne rendant pas compte de la variété des peuples qui vivent de et dans la forêt. Mais avant tout les Malais, synonyme ici de musulmans : le peuple de marins islamisé après le XIIe siècle, dont la langue a des racines communes avec le malgache ou le tagalog philippin, mais encore les populations indiennes, thaï ou philippines à condition qu’elles soient musulmanes (1). Et enfin les Peranakan, métis chinois (les Baba Nyonya ou Chinois des détroits qui sont bouddhistes ou chrétiens), indiens ou arabes. Et les Eurasiens, qui font état plus souvent d’ascendances portugaises que néerlandaises ou britanniques, les trois puissances coloniales qui se sont succédées depuis le XVIe siècle. Même si l’État n’admet pas de différence entre ses sujets, toutes ces communautés reconnues comme autochtones bénéficient d’un ensemble de lois qui doivent assurer leur non-discrimination économique (2).

Lire la suite...

lundi, 18 août, 2014

La Malaisie sur Canal Sud

Cela fait aujourd'hui 300 jours que des villageois-es autochtones se relaient pour bloquer l'accès au site de construction du barrage hydroélectrique de Baram, qui prévoit de submerger 400 km2 et de déplacer 20.000 personnes de 26 villages.

Coïncidence du calendrier, Grégoire m'invite le lendemain à présenter mon reportage en Malaisie, dont une partie est consacrée aux luttes des peuples autochtones et l'autre à la contestation de l'usine de terres rares de Lynas. C'est à écouter sur le site de Canal Sud, 92.2 à Toulouse, dans l'émission « Le magazine » qu'il anime.

Le site de l'émission.

Le lien direct vers l'enregistrement.

Ici pour s'abonner à L'An 02, dont le numéro de septembre proposera une version papier du reportage au Sarawak.

Lire la suite...

dimanche, 17 août, 2014

Cameron Highlands : la ruée vers l'or vert

Dans les hautes terres de la péninsule malaisienne, une association d’habitant-e-s lutte contre les ravages d’une agriculture industrielle.

Tout le monde se retrouve dans les Cameron Highlands : les touristes malaisien-ne-s, attiré-e-s par les températures clémentes, entre 20 et 25°, les fruits et légumes exotiques (fraises, laitues) qui poussent sous ces conditions et le petit air anglais de cette station fondée par les Britanniques au XIXe siècle ; les touristes internationaux pour les plantations de thé, les sentiers dans la jungle moussue, abondamment arrosée par des averses régulières, et… les températures clémentes.

Lire la suite...

mardi, 22 juillet, 2014

À Singapour, achète-t-on bien les domestiques ?

Il y en a des fermés le dimanche et d’autres ouverts 24h sur 24. Des luxueux et des miteux. Des spécialisés et des généralistes, avec les enseignes des multinationales du commerce de détail, un H&M, un Starbucks. Au dernier étage, un food court ou un cinéma parfois… C’est le mall ou centre commercial, cette institution qui en Asie du sud-est offre l’avantage de concentrer ses loisirs consuméristes à l’abri du soleil et de la chaleur. Celui de Bukit Timah, à Singapour, a fait couler beaucoup d’encre. Le 27 juin, Al Jazeera publie un excellent papier qui fait le point sur la situation des domestiques étrangères à Singapour, en prenant comme point de départ l’endroit où elles sont le plus visibles, ce petit centre commercial à l’ouest de la ville-état. La presse française s’en empare, France 24 produisant une resucée assez incomplète de l’article en question, illustrée par une photo de gratte-ciels au centre-ville, à 11 km. Les mêmes titres sensationnalistes (« Achetez un domestique » par lepoint.fr, notons un masculin neutre assez déconcertant) et les mêmes photos non-créditées font ensuite le tour d’Internet. Que se passe-t-il donc au Bukit Timah Shopping Centre ?

Lire la suite...

- page 1 de 2