Mot-clé - Environnement

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 17 novembre, 2014

Extractivisme et développement : écologie de la Malaisie (2)

Le rojak malaisien

La Malaisie, l’état des Malais ? Ou à partir de quand est-on bumiputera, fils de la Terre ? L’appellation englobe les communautés autochtones, Orang Asli de la péninsule et Orang Asal de Bornéo, les deux expressions ne rendant pas compte de la variété des peuples qui vivent de et dans la forêt. Mais avant tout les Malais, synonyme ici de musulmans : le peuple de marins islamisé après le XIIe siècle, dont la langue a des racines communes avec le malgache ou le tagalog philippin, mais encore les populations indiennes, thaï ou philippines à condition qu’elles soient musulmanes (1). Et enfin les Peranakan, métis chinois (les Baba Nyonya ou Chinois des détroits qui sont bouddhistes ou chrétiens), indiens ou arabes. Et les Eurasiens, qui font état plus souvent d’ascendances portugaises que néerlandaises ou britanniques, les trois puissances coloniales qui se sont succédées depuis le XVIe siècle. Même si l’État n’admet pas de différence entre ses sujets, toutes ces communautés reconnues comme autochtones bénéficient d’un ensemble de lois qui doivent assurer leur non-discrimination économique (2).

Lire la suite...

jeudi, 17 juillet, 2014

La Malaisie continue à manifester contre l’usine de terres rares de Lynas

Ils sont venus de toute la péninsule ce 22 juin, pour continuer à faire de l’usine Lynas de terres rares le plus gros dossier environnemental en Malaisie. 1,2 million de signatures ont été recueillies contre le projet, dans un pays de 30 millions d’habitants. Lynas concentre toutes les frustrations contre un gouvernement au pouvoir depuis l’indépendance et qui ne cède rien, en dépit d’accusations de corruption et de mauvaise gestion.

En mars 2010, les Malaisiens apprennent dans le New York Times l’installation d’une usine australienne de traitement de terres rares à Kuantan, dans l’état de Pahang, sur la côte est de la péninsule. Tout a été vite expédié entre le gouvernement et Lynas, un acteur relativement petit à l’échelle internationale, mais qui a le projet d’ouvrir l’une des plus grosses usines au monde. Les études d’impact environnemental ont été approuvées en quelques semaines, le gouvernement fait cadeau de dix ans de contributions fiscales, les travaux peuvent commencer. C’est alors que commence une mobilisation résolue et organisée, menée par deux grandes organisations : Himpunan Hijau (rencontre verte, en malais) pour la mobilisation de terrain et Stop Lynas, Save Malaysia qui mène une guérilla administrative et juridique.

Lire la suite...

lundi, 23 juin, 2014

À Bornéo, les droits communautaires autochtones au secours d’un bien commun mondial

Marudi, ancien chef-lieu colonial de l’intérieur des terres, aujourd’hui une petite ville reliée aux villes de la côte par la sinueuse rivière Baram ou par une route toute récente mais déjà défoncée et deux passages de bac au coût exorbitant. Dans les modestes bureaux de Sahabat Alam Malaysia (SAM, Friends of the Earth Malaisie) où s’affairent des salariés issus des peuples Iban ou Kayan, un tableau récapitule une partie des 300 procès en cours contre le gouvernement de l’état du Sarawak. Il s’agit parfois de procès de militants, mais la répression aujourd’hui est moins dure que dans les années 1980 et 1990, pendant lesquelles la déforestation avait atteint des proportions inédites, et la Malaisie, grande comme une moitié de France, était le deuxième exportateur mondial de bois tropicaux. Désormais les procès sont plus souvent ceux que les peuples natifs mènent pour le respect de leurs droits communautaires, les native customary rights (NCR), contre les autorités.

Lire la suite...

dimanche, 22 juin, 2014

En Malaisie, un barrage inutile menace la survie de peuples indigènes

Elles sont là depuis le 23 octobre 2013, bloquant la route qui mène au site sur lequel doit être construit le barrage de Baram, dans l’État du Sarawak, en Malaisie. Issues des peuples Kayan, Kenyah, Penan ou Kiput, ce sont en tout 20.000 personnes qui sont menacées par le barrage le long de la rivière et des affluents où elles vivent. Elles se relaient à Long Lama, le site du blocage, aidées par les voisins du peuple Iban.

Lire la suite...

mercredi, 11 juin, 2014

Vaches, cochons, poulets et TAFTA

C’est la course aux aliments les plus efficaces pour permettre aux bêtes de grossir vite et à moindre frais. Mon premier contient « 25 à 50 % de protéines brutes et de 55 à 60 % de substances nutritives digestives, le tout sur matière sèche, et est riche en minéraux essentiels ». Il s’agit de l’excrément de poulet, défendu dans une étude pour la Food and Drugs Administration américaine en 2001 par deux chercheurs de l’université de Virginie (voir « Utilisation of Poultry Litter as Feed for Beef Cattle »). Vache folle oblige, et car les poulets eux-mêmes sont nourris aux restes de bovins, en 2003 la FDA interdit la pratique pour l'alimentation bovine… pour l’autoriser de nouveau sous la pression de l’industrie. Seule précaution, puisque « les excréments de poulet sont une source potentielle de micro-organismes pathogènes » (rappel : on parle toujours de caca, bien que de caca alimentaire), « les excréments devraient être traités avant d’être donnés à manger ».

Lire la suite...

samedi, 5 avril, 2014

La Condition tropicale

La Condition tropicale, Francis Hallé, Actes Sud, 2010, rééd. poche 2014, 720 pages, 12,70 €

La zone intertropicale, c'est cette partie de la Terre qui est située entre les latitudes 23° 27' 8" nord et sud et, en raison de la légère inclinaison de l'axe terrien, reçoit en permanence les rayons directs du soleil, comme dans notre Nord pendant l'été. Elle représente 40 % de la surface terrestre et ne connaît pas d'hiver. Des températures qui peuvent être fraîches à mesure que l'on monte en altitude, mais pas de saison végétative pendant laquelle le froid mettrait à mal l'activité parasitaire. Sous les tropiques, la faune et la flore, dit-on, sont "exubérantes", non-soumises aux contraintes externes des hautes latitudes. Espèces végétales et animales s'y développent sans autre souci que leurs prédateurs, ce qui est l'occasion d'une grandiose variété biologique. Les écosystèmes agricoles sont à l'avenant, comme cette agroforesterie, extrêmement intensive et durable, à laquelle est accordée un long développement. Les activités microbiennes et bactériennes également, le tout ne faisant de la vie tropicale ni un paradis terrestre (pour naturaliste ou touriste), ni un enfer grouillant, mais quelque chose entre les deux. C'est à un autre regard sur les tropiques que nous invite l'auteur, botaniste spécialisé dans les arbres de cette région (il a survolé la canopée tropicale sur le fameux radeau des cimes) et fort d'une expérience de quarante ans de terrains qui l'ont mené de l'Afrique à l'Amérique du sud, et de l'Asie du sud à l'Océanie.

Lire la suite...

dimanche, 23 mars, 2014

La Guerre des forêts

La Guerre des forêts. Luttes sociales dans l'Angleterre du XVIIIe siècle, Edward P. Thompson, traduit par Christophe Jaquot et présenté par Philippe Minard, La Découverte, 2014, 200 pages, 15 euros


L'industrialisation de l'Angleterre a donné lieu à de nombreux conflits sociaux auxquels écologistes et anti-industrialistes font référence aujourd'hui. A côté des fameux Luddites, il faut citer les Diggers ou les Levellers. E. P. Thompson livre dans Whigs and Hunters (1) une étude des Blacks, dont les actions ont suscité la rédaction de lois d'une sévérité redoutable. Étaient désormais passibles de la peine de mort non seulement le braconnage de gibier et de poisson, le port d'armes et le fait de se grimer le visage en noir, mais aussi la récolte de tourbe et le glanage de petit bois. Thompson documente ces conflits, l'élaboration du Black Act de 1723, son application dans les décennies suivantes, et conclut avec une réflexion hétérodoxe sur le droit : arme au service des classes gouvernantes, comme le décrivent les historien-ne-s marxistes, le droit doit néanmoins donner des gages d'impartialité pour fonder sa légitimité. La force ne suffit pas, il faut aussi le consentement, assuré par la croyance d'être en retour protégé par une institution insensible (ou peu sensible) aux rapports de pouvoir. Philippe Minard, dans sa présentation, « Les dures lois de la chasse », fait écho aux critiques essuyées par Thompson, aussi bien de la part des conservateurs/rices que des marxistes, et nous décrit ce penseur hors-normes, « romantique radical » en marge de l'université, animateur d'un centre d'histoire sociale à Warwick.

Lire la suite...

lundi, 3 mars, 2014

A qui de nous faire préférer le train ?

Même aux USA, pays du libéralisme économique, il est possible de prendre le train à des prix qui ne font pas dresser les cheveux sur la tête. Et heureusement, car si les cars (1) Greyhound ont une belle réputation, que l'on doit à des films hollywoodiens comme Macadam Cowboy, il faut revoir ce film et les autres avec un peu moins de paillettes dans les yeux : le Greyhound, c'est pour les pauvres et tou-te-s celles qui ne peuvent pas faire le trajet en avion. L'imaginaire américain prétend que vous aurez de fortes chances de faire le voyage (interminable) aux côtés d'une personne malodorante et/ou en grande détresse. Au Canada, un voyageur a ainsi fini son trajet la tête coupée par son binôme de car (faut dire que c'est long). Le plus grand désagrément que j'aie connu, c'est de faire les deux heures entre Seattle et la capitale de l'état dans un car aux vitres tellement crades que je n'ai pas pu voir le Mt Rainier de plus près. Ah, oui, et la demi-heure de queue avec un vigile grossier qui nous a demandé d'ouvrir nos bagages à main pendant qu'il commentait le contenu – des bagages des passager-e-s du wagon à bestiaux précédents. C'est le genre d'expérience qu'on apprécie d'avoir fait, mais qui ne vaut pas la peine d'être répétée.

Lire la suite...

lundi, 13 janvier, 2014

Berlin, pauvre mais sexy

Paru dans L'An 02 n°5, fin janvier autour du dossier « Alerte aux territoires ! »

Pour certain·e·s c'est la faute aux hipsters, ces classes « créatives » mondialisées, relativement aisées (si l'on compare à une famille ouvrière d'origine turque) et qui peuvent décider d'un jour à l'autre de quitter Melbourne ou New York pour Berlin, « paradis hédoniste où la bière est moins chère que l'eau, les drogues faciles à se procurer et la meilleure musique techno du monde accessible chaque nuit de la semaine » (1). Pour d'autres c'est la faute aux Souabes et autres Bavarois·es, cadres des régions riches du sud dont les entreprises ont enfin tourné leur attention vers la capitale et qui l'ont investie avec leurs costumes bien coupés, leurs attaché cases et leurs Land Rovers.

Lire la suite...

dimanche, 12 janvier, 2014

Gosses de Berlin

Ou « Scie j'avais un marteau... »

Paru dans L'An 02 n°5, fin janvier

Wedding, un quartier au nord-ouest de Berlin. Jadis rouge, toujours populaire : le multiplexe du quartier diffuse des films turcs en VO et des blockbusters doublés en allemand. Les enfants d'ici viennent souvent d'ailleurs. Qu'il neige ou qu'il pleuve, ils et elles sont tou·te·s les bienvenu·e·s dans un « terrain de jeux et d'aventures » et une « ferme des enfants » ouvertes cinq et six jours sur sept. Le premier est créé en 1973, quand un projet de construction de terrains de tennis est refusé par une « initiative citoyenne », un dispositif propre au pays, qui lui oppose la création d'un terrain de jeux. Dix ans plus tard, c'est une ferme qui est ouverte à côté. Les deux sont animés par des salarié·e·s, épaulé·e·s par des bénévoles, pour presque une centaine d'enfants de moins de quatorze ans qui passent chaque jour. Le matin des jours de classe, des écoles viennent découvrir les lieux. Le reste de la journée, la porte reste ouverte à tou·te·s, pour retrouver les copains/ines ou pour des ateliers (cuisine, poterie, petite menuiserie, jeux de société, etc.).

Lire la suite...

lundi, 18 novembre, 2013

Carbon Democracy

A propos de Timothy Mitchell, Carbon Democracy. Le Pouvoir politique à l'ère du pétrole, traduit par Christophe Jaquet, La Découverte, 2013, 336 pages, 24,50 euros

Il est une question qui apparaît bien peu dans les discours protectionnistes, c'est celle des conséquences économiques de notre addiction au pétrole. Puisque nous n'en produisons pas, mais que nous en consommons beaucoup, il nous faut bien trouver de quoi l'acheter sur le marché mondial, en produisant à notre tour et exportant (des armements ?) de quoi équilibrer la balance, ce qui nous contraint à nous engager dans une longue série d'échanges plus ou moins avantageux. Ceci dit non pas pour désavouer le protectionnisme, mais pour me permettre d'avoir enfin de quoi étayer ma ferveur mal informée pour cette position politique. Car on parle beaucoup de pétrole, pour dire que c'est la malédiction des pays producteurs (à part la Norvège ?) ou pour regretter que son prix soit trop ou pas assez élevé, mais rarement pour aider à comprendre le monde dans lequel nous vivons avec la même acuité que celle dont fait preuve ici Timothy Mitchell. Autant le dire tout de suite, son ouvrage Carbon Democracy est une autre, indispensable et vivifiante, histoire du XXe siècle.

Lire la suite...

mercredi, 9 octobre, 2013

Les Îles du Paradis

Richard Grove, Les Îles du Paradis. L'Invention de l'écologie aux colonies, 1660-1854, La Découverte, 164 pages, 13,50 €

Il est des textes dont on ne sait trop quoi faire quand on est éditeur : trop longs pour la revue, trop courts pour le livre. C'est une gageure, pour laquelle on invente des formes, consistant le plus souvent à faire des livres à partir de très longs articles. Car hors du livre, point de salut : avez-vous déjà lu un article de cinquante pages dans la presse française ? C'est monnaie courante pourtant dans le monde anglo-saxon, mais chez nous cette forme d'écriture n'existe plus depuis Albert Londres, il n'y a rien entre les dix pages de « grand reportage » et le bouquin de 200 pages. Les Prairies ordinaires bricolent donc Le Stade Dubaï du capitalisme de Mike Davis (96 pages, 8 €) avec l'aide d'un long article de François Cusset sur le même sujet. Pendant que les éditions Allia livrent brut La Montée des eaux de Charles Mann dans un micro-bouquin (64 pages, 3,10 €). On gonfle le texte ou on assume sa brièveté.

Lire la suite...

samedi, 22 juin, 2013

Que sont les grands projets inutiles ?

On les appelle Projets Inutiles, Nuisibles et Imposés ou Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII). L'étiquette est récente, elle permet de mettre en réseau les opposant-e-s, les idées, de dessiner une critique politique de grande qualité, assise sur des arguments étayés et variés. Elle témoigne selon moi de deux évolutions dans la société française.

Lire la suite...

vendredi, 17 mai, 2013

Plogoff

Plogoff, Delphine Le Lay (texte) et Alexis Horellou (dessin)

Delcourt, 2013, 192 pages, 14,95 €

A paraître dans le n°4 de L'An 02, juin 2013.


Tout commence en 1975 avec la décision du gouvernement français de faire assumer à la Bretagne son « indépendance » énergétique : il faudra, de gré ou de force, implanter une centrale nucléaire sur le territoire breton. Plogoff n'est alors que l'un des sites envisagés et les habitant·e·s sont sceptiques : « D'ici que ça se passe à Plogoff ! On a le temps... » Ils et elles ont une confiance dans l'État de droit qui ne leur permet pas d'imaginer la suite, un projet qui se mènerait contre leur avis ou celui des structures représentatives locales. 1976 : de consultation locale en conseil municipal extraordinaire, l'opposition populaire se construit et se renforce. « On a déjà voté contre la centrale. On a déjà dit qu'on n'en voulait pas ». On comprend le choc ressenti par les Plogoffites quand le projet se précise malgré tout. Cet échec à se faire entendre finit par donner lieu à un premier acte de désobéissance, la fermeture des routes au personnel d'EDF venu en reconnaissance. 1978 : la marée noire de l'Amoco Cadiz exacerbe le sentiment chez les Breton·ne·s que leur pays est livré aux polleurs : « La Bretagne est la poubelle de la France ».

Lire la suite...

dimanche, 27 janvier, 2013

Nature writing au féminin

J'écrivais il y a plus d'un an, pour le n°2 de L'An 02, une chronique sur l'absence d'auteures femmes dans le catalogue des éditions Gallmeister, dont je suis avec beaucoup d'intérêt les collections « Nature Writing » et « Noire ». En mars 2013 une troisième auteure est à paraître, après Kathleen Dean Moore et Terry Temple Williams : Dorothy M. Johnson, pour un recueil de nouvelles, Contrée indienne. Voici d'autres auteures, jamais traduites en français, ou bien il y a longtemps, ou bien récemment rééditées (Mary Austin !) ou bien encore très bien éditées en français (Annie Dillard), qui font de la nature writing une écriture aussi féminine.

Lire la suite...

lundi, 17 décembre, 2012

Notre-Dame-des-Landes, une histoire de poisson pas frais

Basques ou Islandais, les pêcheurs de l'Atlantique ont découvert il y a plus de mille ans la fabuleuse pêche à la morue. Un poisson très grégaire, donc facile à pêcher, facile aussi à sécher et à conserver grâce à sa faible teneur en gras, de la pure protéine qui alimenta longtemps aussi bien les classes laborieuses européennes que les esclaves des Antilles. Une morue dépose un million d’œufs à chaque période de reproduction, on a donc longtemps cru que les stocks étaient inépuisables. Et quand ils s'épuiseraient, la pêche ne serait plus si fabuleuse et rentable, on n'aurait pas d'autre choix que de l'abandonner pendant quelques années, le temps que les stocks se refassent. Mais les morues juvéniles sont des proies faciles, sujettes à une haute mortalité, et les bateaux de pêche se sont équipés au point de pouvoir scanner le moindre banc à des miles à la ronde. On ne l'a donc pas vu venir, les stocks se sont effondrés en deux ou trois ans, le temps de mettre sur pied des accords internationaux pour un moratoire sur la pêche à la morue en Atlantique... On ne l'a pas vu venir, à part les pessimistes, les naturalistes et les écologistes.

Lire la suite...

mercredi, 12 décembre, 2012

Québec : cap au Nord !

Paru dans L'An 02, hiver 2012-2013.

Le second pays le plus vaste au monde n'est peuplé que de 34 millions d'habitant·e·s, massé·e·s sur la frontière méridionale. Autant dire que le reste n'est qu'une vaste réserve de richesses qui n'attendent que d'être exploitées. Le Canada s'y emploie déjà, et mines et barrages prospèrent depuis longtemps au Nord. Mais le pic de Hubbert, un phénomène de stagnation mondiale de l'extraction du pétrole, et la demande qui va croissant, ouvrent une course à l'exploitation de toutes les ressources imaginables d'énergie. On connaît en France la brillante idée qui consiste à polluer les nappes phréatiques d'un pays densément peuplé pour en extraire quelques litres de gaz de schiste, imaginons donc les appétits qui s'aiguisent autour des ressources souterraines d'un pays vécu comme un quasi-désert. Jusqu'ici l'exploitation a été modérée par des prix trop faibles, mais aujourd'hui tous s'envolent, et l'affaire devient enfin rentable. Il s'agit de terres rares, délaissées quand la Chine les bradait, mais qui sont devenues bien précieuses, de fer et d'autres métaux dont les prix ont eux aussi explosé, et enfin d'énergie sous toutes ses formes : uranium (les autres fournisseurs de la France sont le Niger et l'Australie), hydroélectricité et énergies fossiles non-conventionnelles (sables bitumineux, gaz de schiste). La folie extractiviste s'est emparée du pays.

Lire la suite...

dimanche, 18 novembre, 2012

Paradis sous terre

paradis.jpgParadis sous terre. Comment le Canada est devenu la plaque tournante de l’industrie minière mondiale
Alain Deneault et William Sacher
préface de Richard Desjardins
Écosociété (Montréal) et Rue de l’Echiquier (Paris), 2012
192 pages, 15 €

Ceux et celles pour qui la diplomatie canadienne se résume à d’aimables voyageurs/ses aux énormes sac à dos marqués de la feuille d’érable auront de quoi être surpris·es par la description que font ici deux des auteurs de Noir Canada des exactions auxquelles se livrent les entreprises minières du pays. Car le Canada ne se contente pas de faire profiter cette industrie de conditions particulièrement favorables : lois minières sur mesure qui leur accordent la préséance sur toute activité de surface, exemptions fiscales de tout ordre, faiblesse de la collecte des redevances minières, etc. Il s’attache en outre à les exporter dans le monde entier, particulièrement dans les pays les plus vulnérables.

Lire la suite...

lundi, 5 novembre, 2012

Le Soleil en face

Le Soleil en face. Rapport sur les calamités de l'industrie solaire et des prétendues énergies alternatives
Frédéric Gaillard
L'Échappée, 2012
160 pages, 11 €

La critique des énergies dites « renouvelables » continue. Arnaud Michon avait publié en 2010 aux éditions de l'Encyclopédie des Nuisances un réquisitoire contre l'énergie éolienne, Le Sens du vent, qui faisait la part belle à une critique idéologique : un système injuste et autoritaire tente maladroitement d'assurer sa durabilité... le laisserons-nous faire ? Il faisait découvrir en outre aux optimistes de tout poil les défauts de l'énergie éolienne : non seulement les exactions de compagnies pour lesquelles un paysage et les personnes qui l'habitent ne peuvent rien valoir, mais aussi les ressources non-durables, en particulier métalliques, utilisées pour la construction d'une éolienne. Hélas pour les gentil-le-s écolos un brin techno, la réponse universelle à tous nos problèmes n'est pas blanche et dotée de trois grandes pales. C'est plutôt une révolution qu'il nous faut (et nous voilà bien avancé-e-s).

Lire la suite...

vendredi, 9 mars, 2012

Un geste pour la planète. Peut-on ne pas être écolo ?

Samuel Pelras, Un geste pour la planète. Peut-on ne pas être écolo ?, « Antidote » Flammarion, 2012, 120 pages, 8 €

Rire sur le dos des écolos, rien de plus facile. On le faisait déjà dans les années 70, qui sont ces huluberlus avec leurs fromages de chèvre, non mais, ça fusait de l'extrême gauche au public conventionnel. Aujourd'hui l'exercice est devenu d'autant plus délectable que l'écologie s'est imposée dans le courant dominant... à moins que ce ne soit le contraire ? Samuel Pelras ne s'inquiète guère d'analyser en profondeur cette colonisation croisée, il dézingue tous azimuts. Et on se marre. Alors certes, on aurait aimé qu'il fasse un peu de tri au lieu de mélanger dans sa poubelle les éco-citoyen-ne-s satisfait-e-s de l'aliénation consumériste (mais bio !) et les écolos pour qui l'autonomie est au cœur d'une vie désirable ; qu'il fasse sérieusement la part du politique et celle du religieux... prosélytisme et martyrologie ne sont en effet pas étrangers au mode de vie écolo. On aurait aimé qu'il passe autant de temps sur le cas Juppé (le pauvre ne mangera plus de cerises en hiver, mais il est hélas absent, comme les autres maîtres d'œuvre du développement durable sauce 2007) que sur celui du réseau « Sortir du nucléaire ». On aurait aimé une critique un peu plus fouillée du régime de l'expertise (1). Mais on regrettait Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, de Riesel et Semprun (Encyclopédie des nuisances, 2010), alors une deuxième couche n'est pas de trop. Et l'autre camp n'est pas oublié : on rit un temps avec Iegor Gran (L'Écologie en bas de chez moi, POL, 2011), et puis son cynisme est largement commenté, dans la liste des « irréductibles Gaulois » anti-écolos qui se payent une subversion à deux balles. Liste de type journalistique et non typologie savante, puisque l'auteur ne s'inquiète pas de mettre en valeur les différents ressorts de la réaction : scientisme et rapport à la technique, conservatisme politique, individualisme, etc. A la lecture de ce pamphlet, drôle et parfois injuste comme le veut le genre, on oublie presque l'ambition de la collection, qui est plutôt d'aborder des questions politiques et sociales au prisme de la philosophie. A peine quelques citations pour donner un vernis, il s'agit simplement pour l'auteur de présenter son écologie, ou mieux de l'asséner au détour d'un chapitre : c'est une écologie de la liberté, ou éco-anarchisme, dans le sillage de Murray Bookchin et Cornelius Castoriadis. Belles références, dont on ne se plaindra pas. On doit à ce dernier auteur un développement de grande qualité sur la notion d'imaginaire : que dit-on quand on parle de « décoloniser l'imaginaire » ? S'agit-il seulement de nourrir la société d'images et d'histoires nouvelles, façon storytelling bio, ou ne prend-on pas la tâche à la légère ? L'imaginaire castoriadien a à voir avec l'institution, mais il ne la précède pas allègrement, il est tributaire de sa pesanteur. L'écologie politique, corpus théorique qui semble loin d'être étranger à Samuel Pelras, pose de nombreuses questions de ce type, et on a de quoi regretter qu'elles ne soient pas ici traitées avec la même exigence.

(1) Celle-ci est brillamment faite dans la même collection par Mathias Roux dans J'ai demandé un rapport. La politique est-elle une affaire d'experts ?, « Antidote » Flammarion, 2011.

- page 2 de 3 -