Dans le lieu commun qui précède, « Le travail, c’est la liberté », à défaut de définir le travail (salarié, productif, industriel ?) et de nous expliquer comment on produirait notre vivenda, il prenait au moins la peine d’esquisser une histoire de sa représentation avant de dire que c’est mâââl (surtout le travail de l’autre). Ici au contraire la réalité d’une famille Boule et Bill des années 60 est intemporelle et universelle. Heureusement, dans ma bibliothèque de livres jaunis, j’ai aussi un remarquable petit bouquin coécrit par des femmes, chercheuses, syndicalistes et travailleuses, qui donne à lire la réalité du travail des femmes en 1978. 18 millions de bonnes à tout faire décrit le travail de petites mains, toujours moins rémunéré qu’il n’est décent, la subordination des femmes aux hommes, le harcèlement, le paternalisme (y compris celui du ministre qui parle du travail des femmes comme on n’ose plus parler aujourd’hui du travail des handicapé-e-s) et qui ne porte pas pour autant la revendication d’un retour à la maison. Le tout introduit par une brève histoire du travail des femmes dans laquelle on apprend que les femmes ont jusqu’à la fin du Moyen Âge exercé une foule de métiers qui leur ont été par la suite interdits – et dans lesquels elles doivent se battre aujourd’hui pour briser le plafond de verre : chirurgiennes, architectes, les femmes ont pu exercer au XIVe siècle leurs talents dans de nombreuses professions, avec des écarts de rémunération avec les hommes parfois moindres qu’en 2015.

La nostalgie pour le temps où les hommes étaient des hommes et les femmes leurs bonnes est d’autant plus choquante quand Ellul aborde le thème de la maison vide et froide : « Elle restera morte jusqu’à ce soir ». Ainsi donc les femmes devraient passer leurs journées dans des maisons désertées par les enfants et les maris ? Des maisons qui ne vivent que de leur présence solitaire ? Et très épanouie, si on en croit le malaise des femmes dans des ménages assez aisés pour qu’elles puissent, bon gré mal gré, rester à la maison (1). Quid du fait qu’elles seules réchauffent les maisons et offrent le réconfort ? « Humeur massacrante de mon mari ; quand il rentrait, c’est vrai qu’il était toujours énervé, je me plaignais et ne comprenais pas. Maintenant, nous nous rencontrons à la porte de notre maison, venant chacun de notre travail, chacun exaspéré, chacun tendu, et nous sommes deux à être de mauvaise humeur, deux qui auraient besoin d’un lieu accueillant, d’une détente, d’une affection souriante quand on arrive. » Je ne doute pas un instant qu’il soit agréable de trouver la maison chaude, la table mise et la femelle-paillasson souriante quand on rentre d’une journée de cours à l’IEP mais il me semble difficile d’expliquer que c’est toujours l’autre qui doit s’y coller, faire la cuisine et se charger du travail domestique, y compris dans ses dimensions affectives. Visiblement les scrupules n’étouffaient pas Ellul et dans mon expérience les mâles technocritiques n’ont pas de mal à supporter le partage des tâches inéquitables, quitte à broyer les femmes qui n’ont pas de quoi leur tenir tête.

Pourquoi ne pas profiter des difficultés des femmes à concilier vie domestique et vie professionnelle pour repenser le travail et son partage pour tou-te-s et autrement qu’en valorisant les défections individuelles (comme celle que permet le revenu garanti) ? Ellul, pourtant brillant critique de l’industrialisme et grand historien du politique, prend la maison vide comme un fait acquis et la famille nucléaire comme un universel et non comme une structure sociale contemporaine de la bombe atomique – et dont le projet aliénant remonte encore plus loin. Là encore, les écrits féministes nous sont précieux pour comprendre toute l’abjection qu’il y a à cantonner les femmes dans un milieu social qui n’en est pas un. Dans Caliban et la sorcière, Silvia Federici raconte la première étape de la destruction des communautés villageoises : « L’enclosure physique qu’opérait la privatisation de la terre et la clôture des communaux fut redoublée par un processus d’enclosure sociale, la reproduction des travailleurs passant de l’openfield au foyer, de la communauté à la famille, de l’espace public (les communaux, l’Église) au privé ». La maison, comme une communauté d’aujourd’hui, pourrait être un milieu de vie intégral, c’est-à-dire d’activité productive, d’activité libre et de repos, qui est relié au monde qui l’entoure et dont l’effectif ne se réduit pas à un couple avec enfants. Mais travail indépendant et échelle communautaire ont laissé la place, petit à petit, au travail salarié et à la famille nucléaire dans la société atomisée pour laquelle Ellul n’imagine, pour remettre un peu d’humanité, pas d’autre pansement que le sacrifice des femmes.

(1) Du mal sans nom décrit par Betty Friedan à ma mère et à mes amies, rester à la maison ne me donne pas l’effet d’être un mode de vie très épanouissant. Elles en pleurent et parfois elles en meurent dans l’indifférence de qui profite de leur disponibilité.