Que nenni ! L’An 02 propose de mettre un bon coup de balai dans ces catégories fourre-tout et de s’affranchir des fausses oppositions. Les cathédrales du XXe siècle sont désormais rouillées et la modernité a pris un coup de vieux. Au présent et au plus concret, tentons de faire la part des choses dans les discours et les technologies. Quand la majeure partie de l’extrême droite adhère au progrès technique tandis que certains écolos se montrent un poil réactionnaires sur des questions de société, les pistes sont brouillées…
Repensons nos valeurs, remettons l’ouvrage sur le métier. Comment imaginer le monde de demain en faisant les meilleurs usages d’hier ? Dans une nostalgie bien placée, nous tirons notre inspiration d’un chant d’oiseau et retrouvons la recette de la langue de chat. A contre-courant des conceptions linéaires du progrès, L’An 02 vous invite à explorer les coudes de l’histoire.

Aurélien Berlan, « Pour en finir avec l’alternative "Progrès" ou "Réaction" »

Patrick Marcolini, « L’extrême droite est-elle technocritique ? »

Dessin : Vincent Perriot, « Dog »

« L’avenir est étincelant », enthousiasmes pronucléaires

Dessin : Gébé, « L’An 01 »

Sandrine Rousseau, « Et c’est nous qu’on appelle des obscurantistes »

Pierre Christin, « L’usure du monde »

A. O. Fobb, « Post-industriel ? »

Photographie : Jens Malling

Aude Vincent et Aude Vidal, « Pour une critique émancipatrice de la PMA »

Illustration Guillaume Trouillard