Les Blacks, qui sévissent dans les domaines royaux au sud-ouest de Londres pendant une saison, sont-ils des bandits sociaux tels que décrits par Eric Hobsbawn ? Sans faire référence à ce dernier, Thompson nous raconte un mouvement qui n'est pas seulement criminel (les Blacks ont à leur actif des expéditions de chasse au cerf donnant lieu parfois à la mort de dizaines d'individus et des affrontements dont certains se sont conclus par des homicides) mais aussi social. Ils offrent une réponse violente à un nouvel usage des terres qui se développe au début du XVIIIe siècle, à partir du mépris des classes dirigeantes (les whigs, ce groupe politique plus affairiste que les tories terriens) pour la coutume qui jusqu'ici régulait l'emprise de chacun-e sur des ressources naturelles vécues comme communes. Avec les whigs, la propriété des terres prend un sens nouveau de droit exclusif, par opposition à celui que lui réservaient les lois coutumières, fondées sur des droits d'usage complexes. Il était possible jusqu'alors de faire usage de terres sans en être propriétaire ou locataire, en y exerçant une emprise limitée (collecte de bois mort par opposition à collecte de bois vif, par exemple).

On aura reconnu là le phénomène des enclosures, qui accompagnent l'essor industriel de l'Angleterre du XVIIe à la fin du XVIIIe siècle en refusant aux villageois-es les plus pauvres l'accès aux ressources communautaires et en dégageant des profits plus évidents à partir de la possession du foncier rural. Faut que ça rapporte ! C'est le nouvel esprit qui se développe à Londres autour de la dynastie des Hanovre et de gouvernants comme Horace Walpole. Non seulement les domaines forestiers doivent produire des cerfs pour la chasse royale et des chênes pour la construction navale (un objectif public), mais les charges comme celles d'écuyer de la forêt, d'inspecteur des bois et des forêts ou de garde-chasse, que se distribuent les classes dirigeantes, doivent fournir des revenus importants et privatifs. Ce passage de mœurs traditionnelles, garanties par la coutume, à un ethos capitaliste et industriel, est une violence à laquelle répondent indifféremment paysans sans terre et petite noblesse terrienne (la gentry). A la tête des Blacks règne ainsi un « roi Jean » dont on ne sait encore aujourd'hui qu'une chose, son origine sociale aisée, dont témoignait une main blanche. Plus que deux classes sociales, ce sont deux mondes qui s'affrontent, l'un pré-industriel, et l'autre qui pose les fondations du capitalisme contemporain. L'épisode se clôt en 1723, avec la promulgation d'une série de lois mal fichues juridiquement mais qui ne seront pas les dernières à protéger aussi violemment la propriété privée (l'arsenal répressif créé au XVIIIe siècle est ainsi nommé le bloody code, « code sanglant »). Les Blacks disparaissent dans leurs campagnes et le mouvement s'éteint mais d'autres surgiront, ailleurs ou plus tard, pour être la voix des plus pauvres contre le rouleau compresseur industriel et capitaliste.

(1) Le texte est ici pour la première fois traduit et condensé pour s'adapter à la collection « Futurs antérieurs » qui publie des textes académiques souvent cités mais jamais disponibles en français, dans des formats courts accompagnés de deux présentations, la première sur l'auteur-e et sa biographie, la seconde sur les enjeux historiographiques de l’œuvre.