Sophie Bessis, historienne de ce monde arabe qui fournit les exemples de sa démonstration, dénonce le choix fait par des régimes autoritaires de leur opposition, qui ne sera plus marxiste mais islamiste, et la complaisance à ce sujet des pays occidentaux qui se gargarisent de liberté et de démocratie tout en accordant le droit à de telles aspirations à qui leur chante, c’est-à-dire à des groupes dont les intérêts sont compatibles avec les leurs (anti-impérialistes s’abstenir). Elle n’est pas plus tendre envers la gauche la plus radicale, post-moderne et différentialiste. Les exemples qu’elle donne semblent outrés, peut-être choisis avec trop de partialité : peut-on décemment juger en Europe des faits de violence conjugale sur des standards qu’on imagine être ceux des époux, irrémédiables autres dont il faudrait respecter les mœurs ? Et puis : ne peut-on lutter contre les discriminations à l’encontre des femmes voilées tout en restant critique de ce que le voile dit de la place des femmes dans l’espace public ou de la globalisation de l’islam ? Son refus du concept d’islamophobie est convainquant : racisme, violence de classe et parfois sexisme peuvent expliquer les discriminations subies en France par les descendant-e-s de sujets coloniaux sans que la religion qu’on leur prête soit forcément mise en cause. Il ne semble à cet égard pas idiot de modérer l’usage de cette notion plutôt que d’écraser des groupes sociaux sous le poids d’assignations à une religion peut-être pas pratiquée mais tenue de résumer leur identité.

Impérialiste ou post-moderne, cynique ou noyé sous les bonnes intentions, le regard posé par les occidentaux sur le monde arabe lui porte le plus souvent un grand tort en établissant un « deux poids, deux mesures » systématique. Par un tour de passe-passe, une vision inégalitaire des rapports femmes-hommes serait acceptable parce que portée par des femmes revendicatrices (c’est ce que postule peu ou prou le « féminisme du choix », qui refuse d’envisager contrainte et servitude volontaire), l’islamisme (soit le projet de soumission plus ou moins autoritaire de la vie publique à l’interprétation de la volonté divine) pourrait être « modéré » et les aspirations démocratiques seraient des lubies de bourgeois sous influence occidentale désormais taxés d’« extrémisme laïc ». Reprenant le mot de Kateb Yacine qui parle de la langue française comme d’un « butin de guerre », Sophie Bessis considère que la liberté individuelle et la souveraineté populaire sont des conquêtes accessibles à tous et toutes, non pas des cadeaux empoisonnés de l’Occident mais des fruits qu’il est temps de cueillir à ce moment d’une histoire commune bien mouvementée. Il est certainement possible de se livrer à un droit d’inventaire plus sévère que le sien sur l’universalisme (la notion de droits, individuels et formels, peut en être l’occasion, cf. notre chronique de La Tyrannie des droits de Brewster Kneen) mais le refus qu’elle oppose à cette sclérose des identités est salutaire. En bonne historienne, elle ancre dans le temps les soubresauts du monde arabe plutôt que de les essentialiser. Il a, argumente-t-elle avec élégance, droit à la complexité. Et nous, lecteurs et lectrices, également