Ensemble, c'est trop ?

Un dossier à retrouver dans L'An 02 n°4

Parution juin 2013

En librairie et sur abonnement

L’aspiration à un lien social plus fort est lisible partout aujourd’hui, des apéros géants et des fêtes de masse, communions sans transcendance, à la réinvention de liens autour de valeurs de gauche ou écolos : vivre ensemble en co-habitat, travailler ensemble en SCOP, ouvrir et animer des squats pour être ensemble. Au point que cette aspiration est omniprésente dans les discours de conservation de l’ordre social (« être attentifs, ensemble »)… pour faire disparaître le politique au profit du simple voisinage ?

L’individualisme a vécu, lui qui était présenté comme l’aboutissement de siècles d’émancipation humaine. Mais nous avons du mal à réinventer des pratiques collectives et à sortir de projets de vie individualistes. L’organisation sociale (du pavillon au temps de travail) reste très rétive à un réel investissement de cette dimension. Et nos mentalités ont été structurées dans une société qui valorise l’individu et sous-estime la force du lien qui le lie aux autres. Saurons-nous articuler la liberté des Ancien·ne·s, la puissance du groupe, à celle des Modernes, celle de l’individu ?

Charlotte Nordmann, « Construire une école qui ne soit pas un lieu de hiérarchisation »
François Devetter, « Liberté et évaluation individuelle au travail »
Sylvie Tissot, « Réflexions critiques sur le "vivre ensemble" »
Affiche : Colloghan
entretien avec Archi Éthic, « Concevoir ensemble son lieu de vie »
entretien avec Jacques Prades, « Nous avons besoin d’une critique de gauche de l’État »
Michel Granger, « Contre le vandalisme de quelques-uns. Thoreau et la gestion collective de la nature »
Bande dessinée : Tanquerelle et Yann Benoît, La Communauté (extraits)

Illustration : Guillaume Trouillard

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://blog.ecologie-politique.eu/trackback/210

Fil des commentaires de ce billet