Voici la Malaya, une colonie britannique au bout de la péninsule sud-est asiatique, riche en bois tropicaux, latex sauvages et cultivés (mais pas encore recouverte de palmier à huile) et mines d'étain. Je vous invite à observer le tronçon Taping-Port Weld, le premier qui ait été inauguré, un peu au-dessous de l'île de Penang sur la côte ouest. Il relie l'intérieur à la côte en quelques dizaines de kilomètres. Notez également, un peu plus au sud, le tronçon de Tapah Road, celui de Kuala Lumpur, celui de Seremban. Tous ceux qui n'ont pas été inclus dans une ère métropolitaine ont été fermés. Pourquoi donc ? Ce sont des tronçons courts, est-ouest, qui n'ont pas pour intérêt de faire voyager les gens et les biens de consommation le long d'une péninsule orientée nord-sud. Le principal usage de ces lignes était d'envoyer les cargaisons d'étain vers le port le plus proche pour les valoriser sur le marché mondial. Ce sont ces tronçons-là que les colons britanniques ont jugé bon d'ouvrir en premier.

Même logique à Java, sauf que l'île est cette fois allongée d'est en ouest. Java Est est bien quadrillée, par les lignes est-ouest toujours actives mais également par de courts tronçons nord-sud. La région était sous l'ère coloniale dédiée à la production intensive de canne à sucre et de tabac. Dans certains districts (comme Bondowoso) la population est encore majoritairement maduraise, elle a été déportée par les Néerlandais depuis la petite île à peine au nord pour travailler dans les champs (et peut-être également dans la construction du chemin de fer en question). Le tronçon qui innervait ce district et envoyait les cargaisons vers Situbondo a été fermé – assez récemment et à l'instar d'autres tronçons semblables.

Loin d'être une entreprise au service des populations locales, ces chemins de fer étaient la structure matérielle d'un système extractiviste d'exploitation des richesses locales par les puissances coloniales. Voilà à quoi ressemble l'entreprise civilisatrice de l'Europe et d'autres pays ont encore d'autres histoires à raconter dans d'autres domaines. Et voilà peut-être « pourquoi les Premières Nations canadiennes bloquent les chemins de fer et pourquoi c'est important »...