La Découverte, pour rendre accessible au public français un article académique classique d'histoire de l'environnement, adopte la première solution et le livre préfacé et postfacé. Les Îles du Paradis sont donc un ouvrage en deux parties, l'article de Richard Grove et son exégèse par Grégory Quenet, autre universitaire reconnu dans le même champ. Un dispositif inauguré ici, dans le cadre de la nouvelle collection « Futur antérieur », et qui permet de mettre à disposition des textes brefs, « article canonique ou chapitre essentiel », références majeures dans leur discipline. Vingt ans après sa publication dans une revue universitaire, « Conserving Eden » nous est donc proposé en français. S'ouvrent ainsi au public motivé, même s'il ne fréquente pas les salles des BU, des lectures intéressantes. On attend la suite avec curiosité.

Les îles du Paradis, ce sont Sainte-Hélène, l'île de France (Maurice) ou l'île Bourbon (La Réunion), qui servent d'étape aux navigateurs britanniques et français. Rapidement colonisées, exploitées et déboisées, elles pourraient ne plus fournir les ressources qu'en attendent les pays colonisateurs, en particulier l'eau et le bois de construction. Dès 1700, cette situation est observée et elle ne pourra pas être résolue par le pillage d'autre territoires comme il était toujours possible dans un monde relativement peu peuplé... ceux-ci sont trop idéalement placés, il faudra les ménager si l'on veut continuer à les trouver sur ses routes maritimes. L'insularité amène pour la première fois la question des limites tangibles de l'exploitation de l'environnement.

L'autre caractère exploité par l'étude de Richard Grove de ces cas, c'est la position particulière de l’État colonial, à la fois plus fragile et capable de s'imposer avec plus de force. Plus fragile car loin de son centre, tenu par l'intimidation et la violence (et non par l'adhésion de ses administrés), donc dans l'obligation de s'inquiéter des conditions de sa présence : une agriculture trop intense, une déforestation trop sévère assécheraient le climat local, provoquant famines et révoltes. Les écosystèmes tropicaux sont aussi moins résilients que ceux que l'on trouve dans les régions tempérées, ce qui ajoute à la difficulté de l'exercice. Plus fort aussi, cet État, car les contre-pouvoirs ne sont pas si nombreux qu'en métropole, et il sera relativement plus facile aux scientifiques coloniaux (botanistes ou médecins dont le parcours est décrit ici) d'imposer les premières réglementations d'ordre environnemental.

C'est donc à la naissance d'une écologie scientifique et à sa mise en œuvre réglementaire que l'on assiste ici. Et une grande part de l'originalité du propos de Grove est de refuser l'idée selon laquelle la protection de l'environnement aurait été inventée par l'écologisme américain, qu'il date de 1864, année de la parution de Man and Nature de George Perkins Marsh. S'il fallait donc trouver une seule source à l'écologisme, elle serait du côté de Pierre Poivre et de Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre, personnages qui à eux deux déroulent l'histoire des Lumières, des physiocrates aux préromantiques. Mais faut-il trouver une seule source à l'écologisme, quand bien même il serait réduit à sa dimension scientifique et à son rôle de protection de l'environnement ? On regrette ici que la comparaison entre les deux politiques écologistes (ménagement d'espaces anthropisés et largement exploités d'un côté, préservation de la wilderness américaine de l'autre) ne soit pas vraiment esquissée. Il n'en reste pas moins que Les Îles du Paradis décalent le regard et offrent une histoire originale des débuts de « l'administration du désastre » écologique.