Bienvenue chez les pauvres, chronique n°2

On redécouvre ces dernières années que les villes aussi sont des écosystèmes. Les plantes y poussent entre les pavés malgré les coups de désherbant, les oiseaux nocturnes n'ont pas été tout à fait éloignés par l'éclairage public, les arbres sont présents dans tous les quartiers (et quand ils le sont peu on s'en désole) et on composte dans les jardins privés. Nous ne sommes pas des fleurs de béton, incompatibles avec les autres animaux et ne supportant le végétal que sous forme de salade dans une assiette. C'est une bonne nouvelle. Mais si l'écologie a sa place en ville, ce n'est pas seulement pour investir la question naturelle, mais parce qu'elle est porteuse de dimensions sociales qui restent pertinentes dans tous les milieux humains.

L'usage de la bagnole pose par exemple en ville autant de problèmes environnementaux, avec leurs gaz d'échappement, que de problèmes sociaux. Elle dégrade les transports en commun, ralentissant avec elle les bus et écartant de leur usage des fractions de la population d'autant plus nombreuses qu'on s'éloigne du centre-ville. Elle éloigne certains services et les rend finalement inaccessibles (1) aux personnes qui n'ont ni le goût ni les moyens d'investir plusieurs centaines d'euros mensuels dans une voiture. La bagnole mord sur l'espace public, le rend peu propice à la promenade ou à une circulation à vélo vraiment agréable, faisant de nos villes des lieux dont on souhaite s'échapper, avec un pavillon en banlieue ou un week-end à la campagne.

L'écologie est un corpus politique particulièrement attentif aux conditions de la vie quotidienne, qui ne s'en laisse pas compter par les grands objectifs (le Progrès, la Puissance – 4e mondiale pendant longtemps –, la Croissance du PIB) mais cherche des manières de vivre mieux, libérant le temps et l'espace pour rendre les conditions matérielles d'un certain bonheur accessibles à plus de monde que si le marché s'occupait de vendre des vies agréables. Les écolos ont donc imaginé des villes vivables. Depuis la fameuse campagne municipale de 1977 ils et elles ont tenté pour cela d'intégrer des exécutifs locaux. Dans les années 1990 et 2000, ils et elles y sont arrivé-e-s, ont finalement trouvé une oreille attentive et pu mettre en œuvre quelques réformes. Les jardins municipaux sont désormais entretenus avec des méthodes plus ou moins biologiques, le désherbage se fait au feu plutôt que par la chimie, on fait pousser des espèces végétales plus variées et mieux adaptées, on baisse l'éclairage public (moins intense, il n'est plus dirigé vers le ciel ou les hauteurs des bâtiments) pour moins perturber les chauve-souris (et notre sommeil), on ouvre des jardins partagés et on promeut même l'apiculture urbaine. Les exemples sont nombreux, et ils donnent souvent envie d'habiter à côté. Ça tombe bien, c'est fait pour ça.

Si l'écologie urbaine passe bien dans ses dimensions naturalisantes, c'est aux dépens de ses dimensions sociales et globales, qui avancent bien moins vite. Rendre un quartier agréable, en y restreignant la place des voitures ou en y ouvrant un beau jardin, renchérit le prix des loyers tout autour. Quelle action pour conserver la mixité sociale, en-dehors de pourcentages cache-sexe ? Distribuer un composteur aux habitant-e-s dotées d'un jardin, ça sert à quoi si ce n'est une première étape pour généraliser le compostage urbain et éliminer les 30 % de déchets organiques qu'on brûle inutilement et à grand peine dans les incinérateurs ? Les plus grands promoteurs de l'écologie urbaine, les personnalités politiques en pointe sur ces questions, qui « ne mangent plus de cerises en hiver » et inaugurent des « maisons de l'écologie », soutiennent par ailleurs des projets de construction de stades, de grands contournements autoroutiers, de nouveaux tronçons d'autoroute, ou de lignes à grande vitesse qui renchériront les prix du train pour tou-te-s mais rapprocheront de la capitale une classe moyenne aisée anxieuse d'y passer plus de week-ends culturels.

Les derniers budgets publics avant la faillite, ces visionnaires les réservent à des équipements forts de béton, pauvres en emploi, incompatibles avec la réduction des émission de gaz à effet de serre. Les logements des propriétaires pauvres ou des locataires ne sont toujours pas équipés pour passer l'hiver, la tuberculose revient pour les gamins des familles démunies, les factures d'énergie bouleversent les budgets de la classe moyenne et donnent aux plus pauvres le choix entre le froid et les dettes, mais qu'à cela ne tienne, nous avons déjà fait beaucoup d'efforts en accordant des crédits d'impôts pour rénover le bâti de la classe moyenne aisée de bonne volonté écologique (2). Alors l'écologie, ça a assez duré. Maintenant, tou-te-s au stade !

A quoi sert donc l'écologie urbaine, si ce n'est à redessiner le monde autour des villes, dans toutes ses dimensions ? Elle sert à policer la ville en mettant dans le même sac écologie et propreté. Elle sert à normer les comportements de ses habitant-e-s (trie tes déchets, dis bonjour à la dame), à rendre la ville plus attractive dans la compétition nationale pour accueillir les classes sociales les plus aisées. Elle envoie les pauvres dans des banlieues où la bagnole n'est plus une nuisance, comme quand on boit un verre à une terrasse de centre-ville, mais un outil indispensable pour aller tous les matins de la zone résidentielle à la zone de bureaux. De beaux objectifs. Cette écologie-là sert en un mot de marketing urbain, elle fait des écolos les dindons de la farce.

(1) Ou pas loin : à Bordeaux la CAF, un service dont ont besoin les plus fragiles, se trouve ici (et inutile de préciser que dans ce riant paysage, distant d'une dizaine de kilomètres de la gare St-Jean, les bus ne passent pas toutes les cinq minutes).
CAF Bordeaux
(2) Voir « De bons pères de famille. Bienvenue chez les pauvres, chronique n°1 ».