Mjólk de Grímur Hákonarson, sortie le 11 septembre 2019 en France

En France, parmi les géants de l'agroalimentaire se trouvent en bonne place des coopératives, dirigées par des paysan·nes pour des paysan·nes mais qui mènent des politiques peu favorables à une majorité de leurs adhérent·es. Comment donc les coopératives agricoles en sont-elles arrivées là ? (Pourquoi sommes-nous gouverné·es par des élu·es menant des politiques défavorables à une majorité de l'électorat, sans mentionner les générations futures ?)

Inga et son mari sont un couple d'éleveurs laitiers dans un coin perdu d'Islande. Elle assure les vêlages avec un bon coup de poignet. Lui complète le maigre revenu de la ferme en conduisant un camion. Les deux se battent pour tenir leur ferme à flots. Équipé·es d'un robot de traite avec d'efficaces capteurs optiques de mamelles qui leur évite d'interagir chaque jour avec leurs bêtes, ils passent plus de temps avec leurs machines. Dans sa cabine de pilotage, elle consulte son Facebook l'air éteint. Lui ne va pas mieux et quand son camion sort de la route une nuit, on découvre qu'il pourrait s'agir d'un suicide…

La perte de son mari déclenche chez Inga une belle colère et cette femme qu'on croyait éteinte, dont on distinguait à peine les traits, se révèle, y compris aux spectateurs et spectatrices. Pour elle, c'est la coopérative qui est responsable de la course de rats qu'on leur a fait mener, du suréquipement et du chantage pour rester économiquement dépendant·es de la coop. La coop aurait même demandé à son mari de signaler chaque livraison de produits achetés ailleurs que chez elle, faisant de lui l'espion de ses collègues… Le président, un éleveur de chevaux qui passe plus de temps en costard, récuse ses accusations (qu'elle a publiées sur Facebook) et explique à Inga les bases de l'engagement coopératif : se serrer les coudes entre paysan·nes, faire vivre le tissu local, etc. Elle reprend ces belles paroles lors d'une AG des producteurs laitiers : à la fin du XIXe siècle, les paysan·nes du coin se sont doté·es d'un bel outil pour être indépendant·es de la tutelle danoise et pour vivre mieux mais cet outil est aujourd'hui cassé.

Dans son précédent film Béliers, Grímur Hákonarson mettait en scène deux frères fâchés à mort sur fond d'épidémie ovine et de prophylaxie agressive (un animal malade et tout le troupeau doit être abattu). Ce nouvel opus met toujours en scène les conditions socio-économiques du désarroi des éleveurs et les personnes qui le vivent, dans toute leur singularité. Ici une femme qui redonne du sens à sa vie et qu'on accompagne à la fin du film, chantonnant sur une vieille chanson pop à la radio qu'une nouvelle vie commence et que cette fois ce sera bien la sienne. Pas celle de la coop.