Jacques Testart, Agnès Sinaï, Catherine Bourgain, Labo planète
2010, Mille et une nuits, 175 pages, 10 €

Texte paru dans la revue du Réseau "Sortir du nucléaire"

Fin 2007, la Fondation Sciences citoyennes (FSC) organise le cycle de débats « Sciences-Planète » avec l'objectif de faire dialoguer chercheurs critiques et profanes engagés autour des controverses ouvertes par la technoscience, c'est à dire les applications techniques (innovation) des découvertes de la recherche scientifique. Aujourd'hui nous avons accès à une synthèse de ces dialogues, qui reprend certains des sujets abordés (énergie, « post-humain », agriculture) et trace des lignes transversales : question des brevets et de la clôture de savoirs, démocratisation de la recherche et de l'innovation, articulation d'une science résolument moderne avec les défis écologiques. De nucléaire, il est peu question dans ces pages, et de rares paragraphes y sont consacrés. Pourquoi une telle absence ? Malgré cela, cet ouvrage peut constituer une contribution importante à la réflexion des militants antinucléaires, en précisant la critique formulée à l'encontre d'une idéologie du progrès et d'une expertise scientifique anti-démocratique qui nous ont livré un monde nucléarisé. « Ce qui devrait inquiéter le plus dans ces efforts technoscientifiques n'est pas la volonté souvent infantile de maîtrise, mais l'incapacité à maîtriser réellement les conséquences de ces choix. »