Jean Salem, « Élections, piège à cons ? » Que reste-t-il de la démocratie ?, Flammarion, collection « Antidote », 2012, 116 pages, 8 €

On pense à une après-midi chez papi-qui-était-encore-communiste-après-1956. Quelques heures à se replonger dans les abjections commises par l'Empire, à se rappeler « la droiture, les lumineuses espérances et l'héroïsme » des militant-e-s du PCF, à pester contre le ridicule des temps actuels, faute de pouvoir exercer dessus une véritable ironie... On s'ennuie un peu parfois, mais on a droit à un biscuit. Alors qu'il faut débourser la somme de huit euros pour lire le traité de théorie politique marxisante de Jean Salem. L'essentiel tient, p. 57, dans un rappel de la représentation chez Rousseau (« à l'instant qu'un peuple se donne des représentants, il n'est plus libre ») et dans une phrase de Castoriadis sur la captivité des électeurs/rices sommé-e-s de choisir entre des pseudo-options. On trouvera aussi un développement intéressant sur les sondages, et quelques exemples qui ont le mérite de ne pas être tous occidentaux. Mais on reste sur sa faim : rien pour dégommer les théories libérales de la démocratie, rien sur la représentation et ses tentatives plus ou moins adroites de dépassement. Rien. Est-ce donc là tout ce que la théorie marxiste a à nous dire de la démocratie ?