Mon blog sur l'écologie politique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 mars 2018

La barbe !

Lors du mouvement contre la loi travail, nous avions été surpris·es de voir débarquer des flics barbus. Pas vraiment le genre de look des gardiens de la loi et de l’ordre, traditionnellement plutôt glabres ou moustachus. De fait, la barbe a longtemps été interdite chez les flics en uniforme. Au-delà du règlement, il y a aussi ce fait que la barbe est plutôt l’attribut des religieux et des gauchistes, deux traditions bien éloignées de la culture policière. Je ne me prononcerai pas sur les premiers (cathos de gauche ou islamistes) mais il y a chez les seconds sûrement une rupture avec le conventionnel menton rasé et un refus de l’entretien quotidien – qui est aussi un privilège masculin, nous raconte Geneviève Sellier, autrice de La Drôle de guerre des sexes du cinéma français (1930-1956) (1). La barbe des gauchistes (héritage des guérillas latino-américaines ?) se posait contre le menton rasé, discipliné et conformiste.

Lire la suite...

dimanche 4 mars 2018

Un proféminisme toxique

Comme beaucoup de féministes, j'ai appris (dans la douleur) à me méfier des hommes qui se présentent comme des alliés. De mes engagements associatifs à des discussions avec des inconnus, la fréquentation d'hommes prétendant lutter contre le sexisme, les inégalités et les violences qu'il entraîne, a porté tort à mon engagement à moi, exigeant de ma part une attention qui aurait pu plus utilement être employée sur d'autres sujets, sabotant mon travail ou s'attaquant à mon intégrité. D'où vient donc que des hommes qui prétendent apporter leur contribution à ces luttes puissent y participer de manière si toxique ?

Lire la suite...

lundi 29 janvier 2018

Féminisme : à qui sont ces bas instincts ?

Ces derniers mois ont été l'occasion d'en entendre de belles. Un chef de l'État qui s'inquiète de la « délation » alors que l'impunité est plus flagrante que d'imaginaires « dérives » d'une parole libérée : les viols et crimes sexuels sont très peu reportés (environ un sur dix) et encore moins punis (un ou deux sur dix d'un sur dix). Si l'État a un cœur de métier (1), c'est de refuser l'impunité des attaques contre les personnes et c'est justement parce qu'il ne fait pas son boulot que celles et ceux qui luttent contre les violences en appellent au jugement du public.
Une critique d'art, visiblement pas grande logicienne, qui regrette de ne pas avoir été violée pour montrer qu'elle aurait été la même (tellement supérieure aux autres femmes) si son histoire avait été très, mais alors très différente.
Des patriarches gaulois qui persistent à mettre sur le même plan séduction et crime sexuel, parlant au choix de malentendu ou de continuum dans la relation si complexe entre hommes et femmes, voyez-vous… alors que nous féministes persistons à leur dire que la violence n'est pas une relation (de même qu'une bêche dans le crâne n'est pas du jardinage).

Lire la suite...

mardi 14 novembre 2017

Se mettre dans la peau d'un·e cycliste

La semaine dernière, je roulais à vélo dans une rue assez étroite quand une voiture me doubla en me passant très près. Après un sprint mémorable, je retrouve l’automobiliste au feu rouge et lui demande des comptes. Celui-ci, après m’avoir accusée de rouler « au milieu de la route », accepte quand même de m’écouter. « Au milieu de la route », je lui explique, c’est une distance qui permet de ne pas se faire faucher par une portière qui s’ouvre. Les portières s’ouvrent sans précaution et il appartient aux cyclistes de ne pas être à leur portée. Une distance de sécurité d’un mètre est la seule prévention. Le jour où une portière ouverte m’a envoyée à l’hôpital, je n’ai pas eu le temps de freiner, rouler trop près a été ma seule erreur. Et cette erreur, la plupart des cyclistes la font tout le temps. Il faut dire que la plupart des automobilistes les contraignent à se mettre en danger : dès que le respect de cette distance de sécurité ne permet plus de doubler, l’automobiliste fait ronfler son moteur tout près, klaxonne ou double dangereusement, accusant de rouler « au milieu de la route ». Doubler un véhicule plus lent est perçu comme un dû. Eh bien non, c’est rentrer chez soi sans séjour à l’hôpital qui l’est. Elles sont pourtant rares, les villes où on peut espérer que les automobilistes frustré·es de ne pas pouvoir doubler restent plus loin et ne se comportent pas de manière plus ou moins agressive…

Lire la suite...

dimanche 9 juillet 2017

Après le cirque

On savait qu’on pouvait faire tout dire aux sondages… C’est le cas également pour les élections. Le dernier cycle électoral a donné lieu à des votes apparemment contradictoires et inconséquents, au point de douter de la santé mentale des électeurs et électrices. Voyons un peu : après un premier tour où quatre candidat·es étaient au coude à coude, le second tour dégage une grosse majorité pour l’un des deux finalistes. Les électeurs et électrices, conscient·es que l’élection s’est jouée dès le premier tour et non au second comme cela devrait être le cas, conscient·es que leur vote a été contraint par la peur de l’accession d’un parti d’extrême droite à la fonction présidentielle dans un pays doté d’une constitution qui manque singulièrement de garde-fous à cette fonction, expriment un souhait somme tout assez bien vu : il ne faut pas que la farce se rejoue au second tour. Et devinez quoi… il s’est passé pile la même chose dans la plupart des 577 circonscriptions.

Lire la suite...

samedi 22 avril 2017

Une épuisante vocation

Je les avais vues de loin pendant des semaines, ces affiches électorales, parfois à moitié arrachées. Mais c’est hier que le détail m’a sauté aux yeux. C’est vrai que le personnel politique ne se caractérise pas par sa ressemblance avec le reste du pays. Pour la plupart ce sont de vieux mecs blancs bourgeois. Mais vieux à ce point ?


Même Macron, qui a environ l’âge médian constaté en France (c’est dire s’il est jeune !), a sur les affiches un visage marqué par les rides. On ne voit qu’elles, rétrospectivement. Pattes d’oie ou front parcheminé, tou.tes les candidat.es ou presque les arborent fièrement. À se demander si elles n’ont pas été accentuées par un logiciel de retouche bien connu…

Lire la suite...

mercredi 28 décembre 2016

Le revenu garanti, une mesure productiviste ?

Un article paru en juin 2016 dans le n°23 de Moins!, journal romand d'écologie politique et qui reprend une partie de ma brochure sur le revenu garanti.

J'ai édité dans mes jeunes années une brochure qui faisait la promotion du revenu garanti : comment « perdre sa vie à la gagner » (1), expliquaient de jeunes écologistes proposant plutôt de rester au lit pour « transformer son temps en bonheur en tranches ». Presque quinze ans après, parmi les rédacteurs et rédactrices de ces textes, beaucoup sont engagé-e-s dans des activités bassement productives et rémunérées : maraîchage, enseignement du français langue étrangère, soin aux enfants handicapés… Il y avait finalement de quoi faire sans pourrir la planète.

Lire la suite...

vendredi 4 novembre 2016

La positive attitude

Et moi je suis arrivée à un point dans ma vie où je ne vais pas tous les jours faire des séances de photo dans des prairies fleuries au lever du soleil avec des femmes à la beauté stéréotypée mais où j'ai un avis à partager sur ce genre de propos consensuel.

Lire la suite...

vendredi 14 octobre 2016

Un travail sans qualité

« L'allocation adulte handicapé·e ? Mais c'est gé-nial ! », me disait un médecin écolo. Le rêve, en effet : 800 euros mensuels, une allocation logement de 270 euros et une prime à l'autonomie de 110 euros en sus pour les personnes à partir de 80 % d'incapacité et qui n'habitent ni dans leur famille, ni en institution. Les propositions de revenu garanti (dit aussi « de base », « universel ») n'arrivent pas à des sommes aussi généreuses que celle que je touche chaque mois depuis 2003 en raison d'une dépression chronique. Le montant, à l'époque à peine supérieur au RMI, a été sérieusement revalorisé depuis et permet aujourd'hui de recevoir autour d'un smic, accordé pour deux à cinq ans pour des raisons médicales et sous seule condition de ressources. Tous les deux, trois ou cinq ans, je prends rendez-vous au centre médico-psychologique (une structure hospitalière de quartier) pour une consultation d'une demie-heure à l'issue de laquelle un·e psychiatre émet un avis sur ma santé mentale. Quelques mois plus tard, une commission renouvelle mon allocation et ma reconnaissance de la qualité de travailleuse handicapée, revoit à la hausse ou à la baisse mon taux d'incapacité et mon revenu est de nouveau garanti pendant quelques années.

Lire la suite...

lundi 5 septembre 2016

La positive attitude

Le constat est partagé : la société dans laquelle nous vivons est pathogène. Sédentarité, stress, pollutions diverses rendent nos corps malades. Quant à notre psychisme, il semble mal en point. Dans les milieux alter-écolos, je ne sais s'il s'agit de coaching psy pour maximiser son bien-être ou de soigner des maladies mentales mais j'ai l'impression de ne croiser que des patient-e-s accros à leur séance de psychothérapie (de la psychiatrie aux thérapies « alternatives »).

Comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même (et pour soi-même), c'est dans ces milieux politiques-là que le problème est adressé le plus frontalement, au point que tout un business du bien-être s'y est développé, de la lampe au sel de l'Himalaya aux pratiques de développement personnel – dont le discours reste très critique des travers du monde contemporain. Dans une enquête sur des personnes conjuguant avec l'écologie leur intérêt pour le développement personnel, le sociologue Nicolas Marquis (1) a montré les « grammaires du changement » qu'elles ont dans tête et dans lesquelles le « travail sur soi » est un moteur important de changement social.

Lire la suite...

- page 1 de 11